Oron – Un renfort en toutes situations

 Une semaine d’ateliers pour l’organisation régionale de la Protection civile (PC)

Gil. Colliard  |  Quels sont les bons réflexes à avoir en état d’urgence, lors de catastrophes naturelles, inondations, séismes, de carambolages routiers ou d’évènements majeurs en état de crise?  Comment la Protection civile peut-elle être un renfort efficace en pareils cas pour les pompiers, les ambulanciers, la gendarmerie? Afin de répondre à ces questions quoi de mieux que de simuler ces situations! 

4 jours d’enseignements intensifs

Mis sur pied sous l’impulsion du major Patrick Favre, commandant de la PC de la région d’Oron, la semaine du 25 au 28 juin a été riche en enseignements pour les 35 astreints qui ont participé aux ateliers organisés dans divers sites de la région. Lundi, les hommes ont pu se familiariser au maniement de la tronçonneuse, en construisant des tables et des bancs qui se retrouveront aux abords des sentiers pédestres. Dans la même journée, avec la participation du bureau A. Maibach Sàrl d’Oron, ils ont exercé le montage d’un filtre de décontamination en cas de pandémie et avec la participation du service du feu (SDIS), appris à passer un tonne-pompe dans le barrage. Mardi, au programme, un atelier sanitaire avec la participation des ambulances Star: pose de pansements, massage cardiaque, etc. puis un second ayant pour thème l’eau: pompes à immersion, motopompes, barrages de sable entre autres.
Mercredi, la gendarmerie du poste d’Oron a animé l’atelier sécurité pour la recherche de personnes et régulation du trafic. La seconde partie a été dédiée à l’énergie avec les différents groupes électrogènes et éclairage. Jeudi, à nouveau le SDIS était de la partie avec les moyens d’extinction de divers feux et la démonstration de son matériel à Oron-la-Ville, alors que sur Palézieux, les casques orange s’essayaient à la désincarcération de personnes prises dans un véhicule accidenté. 

Belle participation des spécialistes à la tête des ateliers

« Nous avons eu une semaine fantastique, avec une météo agréable et surtout, la chance d’avoir pour chaque atelier technique, un spécialiste ou un formateur qui accompagne les hommes, les dirige et corrige les gestes » s’enthousiasme Patrick Favre, qui avec Didier Gebhardt, son chef Pionnier, observe le déroulement des activités. « Lundi, une personne du service cantonal vétérinaire est venue superviser l’atelier de décontamination. Le public s’est intéressé à nos activités. Pour l’atelier désincarcération, des classes étaient spectatrices » ajoute le major, qui œuvre depuis son arrivée, il y a quatre ans, au renforcement de la collaboration entre les divers intervenants sur le terrain.

La PC, un renfort en toutes situations

Dirigés, lors du recrutement, les astreints à la PC suivent une école de formation de base de deux semaines à Gollion puis sont astreints, jusqu’à 40 ans à des jours de cours de répétition. Une partie du personnel est en tout temps de piquet et est mobilisable en cas d’événement (FIR). Le solde des hommes de la PC sont sur les lieux dans les heures qui suivent l’alerte (FAR). « La police et les pompiers ne peuvent plus tout faire, nous sommes là en renfort. Sur le terrain lors des inondations de 2015, puis de fin 2017, nous avons mis à disposition nos 800 sacs de sable. Participant à trois recherches de personnes, nous avons eu la chance de les retrouver vivantes. Nous sommes souvent chargés du ravitaillement comme lors du feu de ferme à Chesalles-sur-Oron. Pendant la Marche du Général Guisan, les 16 et 17 juin derniers, nous avons encadré les 1350 marcheurs » explique Patrick Favre, qui a déjà dans le viseur l’exercice prévu, en 2019, en collaboration avec le bataillon hôpital, soit la section des médecins de l’armée, afin d’apprendre à gérer une situation lors d’un événement majeur avec blessés.

Efficacité accrue

2019 sera également un tournant dans l’organisation régionale de la PC puisque les corps de la région d’Oron, de Lavaux et de Lausanne-Est vont devenir Lavaux-Oron, regroupant ainsi 650 astreints. Saluons ce bel esprit de collaboration entre les divers acteurs appelés à intervenir en cas d’urgence dont la complémentarité, hommes et matériel assure une efficacité accrue pour la population. 

Lundi : atelier décontamination en cas de pandémie

Jeudi : désincarcération d’un véhicule accidenté

Mardi : la construction d’un barrage de sable

Mercredi : exercice de régulation du trafic

Jeudi : briefing par le SDIS