Oron-la-Ville – Un demi-siècle au service de la bonne chair

La Boucherie Sonney fête ses 50 ans

Danielle et Jean-Claude sont entourés acle et Mégane 

Le fumoir

Thomas Cramatte | C’est en 1969 que la route de Michel et Guiguitte s’arrête au chemin de la Poya. Recherchant des locaux pouvant accueillir leur future boucherie, l’ancien étal d’Emil Ramseier tombe à merveille. C’est ainsi qu’en juillet de cette année naît la boucherie Sonney. A cette époque, ils ne se doutaient sans doute pas que, 50 ans plus tard, leur fils Jean-Claude et sa femme Danielle perpétueraient ce savoir-faire familial.

Festivités

Un demi-siècle au service de la bonne chair, cela se fête. Voilà que le chemin de la Poya s’est transformé le temps d’une journée en buffet à ciel ouvert. Malgré une météo maussade, le samedi 2 novembre restera dans le cœur de nombreux clients de la boucherie. L’équipe réunie au complet, Danielle, Jean-Claude, Mégane, Cindy, Carole et Luca ont souhaité marquer le coup pour leurs 50 bougies. «Mon père était déjà client de la boucherie, maintenant, c’est moi qui perpétue le goût des bonnes choses à mes enfants», nous raconte un client présent.

Ça fuse au service

Danielle, qui jongle entre le service à la boucherie et l’accueil des visiteurs à l’extérieur, aura parcouru un bon nombre de kilomètres aujourd’hui. Elle n’en perd pas moins son charmant sourire qu’on lui connaît. Jean-Claude, quant à lui, varie entre poignées de mains et hospitalité chaleureuse. On s’empresse également dans l’arrière-boutique. Ici on déballe, on coupe, on trie et on dresse les plats qui servent à la dégustation. Toujours dans une ambiance conviviale, le verre de l’amitié est servi à toutes et à tous. Car c’est bien d’amitié qu’il s’agit à la boucherie Sonney. «Lors de ma première visite chez les Sonney, j’ai été tellement bien accueillie que je n’ai jamais acheté ma viande ailleurs depuis», relate une cliente en sortant de la boucherie sac plein. C’est d’ailleurs la devise de la boucherie, nous explique Danielle, la qualité de nos produits vient de notre savoir-faire, mais son cœur lui, vient de notre sens de l’accueil. «Une grande partie de nos clients sont devenu des amis», ajoute Jean-Claude tout sourire. Les prix remportés par la boucherie sont exposés à l’extérieur. Sous cadre, les récompenses d’honneur décernées par l’Union professionnelle suisse de la viande prouvent que l’artisanat local a de beaux jours devant lui.

Un sens de l’accueil familial
Dégustation des spécialités de la maison

Historique

1969 – Création de la boucherie par Michel Sonney

1977 – Jean-Claude réalise son apprentissage chez son père

2004 – Danielle et Jean-Claude reprennent le flambeau familial

2014 – Danielle et Jean-Claude fêtent les dix ans de la boucherie Sonney

2017 – Deux Prix d’honneur décernés par l’Union professionnelle suisse de la viande (UPSV). «L’origine de la Poya», saucisson sec à base de viande de bœuf remporte une médaille d’argent. Le «Pavé au poivre», composé de bœuf et de porc remporte également une médaille d’argent

2019 – Danielle et Jean-Claude fêtent les 20 ans de la boucherie et les 50 ans depuis sa création par Michel.