Oron-la-Ville – La solidarité n’est pas un vain mot !

Merci à tous les visiteurs qui ont joué le jeu

Monique Misiego. |. Tout est parti d’une tirelire un peu spéciale conçue par l’artiste Yaka, exposée sur le stand de la boucherie Sonney lors du Comptoir d’Oron. Mais une tirelire vide, aussi belle soit-elle, c’est comme une nature morte. C’est beau à regarder, mais ça ne sert pas à grand-chose. Alors qu’une tirelire, Georges Pop saurait nous expliquer l’origine de ce mot (d’ailleurs, je lui lance officiellement le défi pour la prochaine édition) ça doit servir à récolter de l’argent. Danielle et Jean-Claude Sonney avaient dans l’idée de l’utiliser pour une collecte en faveur de personnes dans le besoin. Et ils n’eurent pas à chercher longtemps. Voisins de la librairie, ils ont assisté à l’incendie, au désarroi des deux libraires, à l’évaporation de ce lieu culturel. Solidaires en tant que commerçants mais aussi en tant qu’amis des tenanciers de la librairie, des passionnés selon eux, qui méritent qu’on les aide à reconstruire ce lieu. Peut-être ailleurs, peut-être autrement, mais un lieu utile et nécessaire pour la population d’Oron. Certes, il y a déjà eu une collecte, certains se sont mobilisés pour les aider, le travail et les besoins sont énormes. Mais, Danielle et Jean-Claude Sonney voulaient apporter leur pierre à l’édifice. C’est donc au beau milieu de leur stand qu’à trôné cette fameuse tirelire qui a été
alimentée par les visiteurs du comptoir au fil des jours. Cette cagnotte a été remise officiellement à Marie et Nicolas pour les aider à reconstruire, du moins à remettre en route ce lieu culturel. La boucherie Sonney adresse ses remerciements à tous les visiteurs qui ont joué le jeu et participé à cette démarche solidaire.

photographie sous copyright © michel dentan photographies – Michel Dentan (Suisse)