Oron – Aventures au-delà du Röstigraben…

Partenariat d’échange scolaire entre Oron-Palézieux et Zoug

Florence Presset, enseignante d’allemand. |. Lundi 20 mai, 17h, sur le quai de gare de Palézieux, Laura, Julie, Adrien, Quentin et Hugo, cinq élèves de 10VG, s’apprêtent à partir pour deux jours à Cham, dans le canton de Zoug. Ils sont enthousiastes, même si au moment où le train arrive en gare, ils avouent une pointe de stress. «Nous partons quand même vers l’inconnu: la langue, l’endroit, la famille…» Jeudi matin, ils sont de retour au cours d’allemand, très reconnaissants du chaleureux accueil qu’ils ont reçu auprès des familles. A l’école aussi, le contact a bien passé. Ils ont apprécié l’ambiance ainsi que certaines règles qu’ils trouvent plus souples. Puis vient cette demande pressante: «Madame, nous avons une proposition, nous nous sommes mis d’accord dans le train: à partir de maintenant, nous ne parlons plus du tout français en cours d’allemand». C’est donc dans la langue de Goethe que nous discutons de la porte du train qui ne s’est pas ouverte, du cours de kickboxing auquel ont été invités deux élèves et de la balade entre ados au bord du lac de Zoug, où la barrière de la langue était déjà tombée. Cette aventure a eu lieu dans le cadre d’un partenariat d’échange que l’établissement scolaire d’Oron a conclu, sous l’impulsion de son directeur M. Détraz, en novembre 2017 avec l’école de Cham, près de Zoug, avec intention d’offrir à chaque élève la possibilité de vivre au moins une expérience d’échange linguistique au cours de sa scolarité obligatoire. Dès le printemps 2018, les classes de 9e année à Oron sont en contact avec des élèves de Cham: échange se concrétise par cartes postales ou lettres envoyées pendant les vacances ou les camps. On partage aussi des travaux exécutés dans les divers cours, comme des dessins, des vidéos, des interviews, des rédactions, des projets informatiques. En septembre 2018, profitant de la présence des élèves suisses-allemands à Charmey, pour un camp sportif, tous prennent part à une journée de rallye et de jeux. Le courant passe bien, des liens commencent à se tisser. Les groupes se font bilingues, quitte à utiliser les gestes, l’anglais ou un logiciel de traduction en ligne! Puis ce printemps germe, avec un petit groupe, l’idée de rencontrer les élèves de Cham. La motivation est là, mais il y a aussi les craintes. Partir? Oui, mais pas tout seul et pas trop longtemps! Deux jours auront eu raison de ces appréhensions, puisque le discours des élèves à leur retour est unanime : « C’était génial, mais c’était beaucoup trop court ! » « Est-ce qu’ils pourront venir chez nous ? » « Est-ce que nous pourrons retourner, mais plus longtemps ? » Les parents qui ont, dès le départ, soutenu le projet en acceptant de laisser partir leurs adolescents vers l’inconnu, en leur faisant confiance dans ce projet, sont également conquis par l’expérience. « Mon enfant est réconcilié avec l’allemand » constate une maman. Souhaitons que ce voyage soit le premier maillon d’une longue chaîne de liens créés par les jeunes d’Oron avec ceux de Cham, au-delà du Röstigraben. La relève se prépare puisque plusieurs classes de 7e à 9e sont elles aussi déjà en contact avec Cham! Alors bravo à Laura, Julie, Quentin, Adrien et Hugo qui ont eu l’audace de tracer une nouvelle voie!