Opinion – Loi sur les jeux d’argent: défendons les sociétés locales, l’AVS, le sport et les œuvres de bienfaisance

Les sociétés locales, les sportives et les œuvres de bienfaisance jouent un rôle important pour la cohésion sociale

Jean Christophe Schwaab, Conseiller municipal PS, Riex (Bourg-en-Lavaux)  |   Pour se financer, elles comptent souvent sur les lotos ainsi que sur les contributions de la Loterie romande ou du Sport-toto. Or, en Suisse, suite à une décision populaire prise par plus de 87% de oui en 2012, les bénéfices des jeux d’argent doivent aller au bien commun: les petites loteries et lotos doivent bénéficier aux sociétés locales, les grandes loteries (comme la Loterie romande) et les organisateurs de paris sportifs doivent reverser la totalité de leurs bénéfices au sport, à la culture et aux projet sociaux. Quant aux casinos, un minimum de 40% de leur bénéfice va à l’AVS… sans oublier les impôts qu’ils paient aux communes et cantons où ils se trouvent. Malheureusement, cette solution de bon sens est menacée par l’irruption des casinos en ligne étrangers. Ces entreprises, pour la plupart basées dans des paradis fiscaux comme Malte ou Gibraltar, des pays par ailleurs peu connus pour leur respect des règles contre le blanchiment d’argent, ne versent à l’utilité publique pas un centime de ce que jouent leurs clients suisses. C’est une violation de la Constitution fédérale et de la volonté populaire. En outre, ces sites de paris en ligne ne font rien pour lutter contre l’addiction au jeu, qui coûte très cher à la collectivité. Depuis quelques années, ils prennent des parts de marchés aux jeux d’argent suisses. Si rien n’est fait pour stopper cette tendance, les montants que ceux-ci reversent à l’AVS ou aux projets sportifs, sociaux et culturels vont diminuer. La nouvelle loi sur les jeux d’argent va corriger cela. Elle permet de garantir le respect de la volonté populaire en veillant à ce que le bénéfice des jeux d’argent réalisé en Suisse aille au bien commun dans notre pays. Seuls les casinos et loteries installés en Suisse et dûment autorisés et contrôlés par nos autorités pourront proposer des offres en ligne à la clientèle helvétique. Les sites illégaux seront bloqués et leurs clients renvoyés vers l’offre légale. En effet, il est très difficile, si ce n’est impossible, de contrôler les activités d’un site basé à l’étranger, à plus forte raison si c’est dans un pays à la réputation douteuse. Cette nouvelle loi améliore en outre la prévention du jeu addictif et veille à ce que les standards de lutte contre la fraude et le blanchiment d’argent soient respectés dans les casinos. Elle est soutenue par tous les cantons et a été approuvée par une large majorité du Parlement, gauche et droite confondue. Le 10 juin, nous ne votons pas pour ou contre les jeux d’argent. Nous votons sur ce principe de bon sens: le bénéfice des jeux d’argent doit-il aller à l’AVS et aux projets d’utilité publique ou doit-on plutôt laisser le champ libre à des casinos en ligne étrangers? En ce qui me concerne, la réponse est claire et je voterai OUI à la nouvelle loi sur les jeux d’argent.