Opinion – La 5G, une idée stupide

Jean-Luc Kissling

J.-L. Kissling, conseiller communal Grindor | M. Martin L. Pall, professeur de biochimie à la Washington State University, estime que «l’installation de millions d’antennes 5G sans un seul test biologique de sécurité doit correspondre à l’idée la plus stupide que quiconque ait jamais eue dans le monde.». Il a parfaitement raison. Le rayonnement électromagnétique est dangereux. Des dizaines d’études scientifiques ont mis en lumière les nuisances qui en découlent, notamment: fertilité réduite, effets neurologiques et neuropsychiatriques, dommages à l’ADN cellulaire, effets hormonaux, cancers. Avec la 5G, ces risques seraient multipliés, en raison de la densité très élevée d’antennes, des très grandes quantités d’énergie nécessaires pour assurer la pénétration des ondes, du niveau extraordinairement élevé des pulsations et des interactions de fréquence. (site wikistrike.com/2019/03/un-eminent-professeur…, accès le 23.3.19). Et le Dr Pall n’est de loin pas le seul scientifique de pointe à dénoncer les risques de la 5G. Cent septante de ses confrères et consœurs ont demandé un moratoire sur la 5G en 2017. En 2011, l’OMS a classé les champs électromagnétiques de radiofréquence, comme ceux de la téléphonie mobile, au rang de «cancérigène potentiels».

Dans notre pays, l’avènement de cette nouvelle technologie nécessiterait la pose de 15’000 (!) nouvelles antennes, presque le double de celles qui, à l’heure actuelle déjà, constellent nos paysages. En septembre 2018, sous l’impulsion de la conseillère fédérale Doris Leuthard, un groupe de travail sous l’égide de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) a été chargé d’étudier les outils nécessaires à l’instauration d’un réseau 5G et les risques qui en découlent. L’étude prendra en compte le principe de précaution. Ses résultats sont attendus pour mi-2019. Sans attendre l’issue des réflexions de ce groupe d’étude, l’Office fédéral des communications (OFCOM) a attribué par mise aux enchères les nouvelles fréquences nécessaires à la 5G aux trois opérateurs principaux. L’empressement de l’OFCOM est incompréhensible.

A Oron, la municipalité s’est empressée, elle aussi, de délivrer un préavis favorable au projet de Swisscom d’installer une antenne 5G sur ou à proximité de la salle de gym. Quelle étonnante précipitation! Devant les risques que présenteraient la multiplication des antennes et le cumul des champs électromagnétiques qui en résulteraient, il est de notre devoir citoyen de refuser le développement de cette technologie inutile, coûteuse, porteuse de risques considérables quoique toujours minimisés. Non à la 5G.