Never explain, never complain

A. Cardinaux-Pires. |. J’ai découvert récemment que j’ai quelque chose en commun avec la reine Elisabeth II de Grande-Bretagne. Rassurez-vous, je ne partage pas son milieu social, ni son penchant pour les chapeaux à plumes, quoi que, il m’arrive parfois de cacher ma coiffure désordonnée sous des couvre-chefs sans plumets! Il s’agit du journal intime dans lequel je consigne mes faits et gestes depuis longtemps, une routine que je réalise aussi régulièrement que la souveraine. En sachant que la devise de son altesse se résume à: «Never explain, never complain», jamais se justifier, jamais se plaindre, passer par la case de l’écriture ne peut être qu’une bonne méthode d’introspection. Car la relation qu’on peut avoir avec son carnet intime est comme le nom l’indique un langage avec soi-même. Ma devise étant «on apprend toujours», il m’arrive de reprendre plus tard mes récits afin de les résumer au minimum. C’est une rétrospective intéressante à travers des émotions vécues. Mais je doute que pour sa majesté la reine Elisabeth ses obligations puissent lui permettre de revoir ses écrits.