Miryam a trouvé chaussure à son pied

Je fais tout à pied, rien de tel pour tester l’efficacité d’un cirage !

Thomas Cramatte | Depuis la fin des années 70, la famille Scholders a installé ses quartiers au chemin de la Poya. C’est ainsi que les deux filles de cette famille vouent une véritable passion autour de la chaussure. Rachel, la cadette, travaille dans un magasin de sport à la route de Lausanne. Pour elle, c’est plutôt les chaussures de skis et de vélo qu’elle affectionne. Miryam, l’aînée, a trouvé chaussure à son pied il y a déjà bien des années. Lorsqu’elle reprend le magasin familial à la Poya. Elle ne se doutait pas que cette passion pour la chaussure allait s’amplifier. Miryam possède une qualité remarquable, quelque chose qu’on remarque dès le premier coup d’œil: sa sensibilité à l’égard des gens. Son sens du partage et de l’entraide sont des qualités rares de nos jours. Employée de commerce de formation, la voilà également responsable des objets trouvés et des commandes pour tout un service au CHUV. «Le sourire d’un enfant est tellement magique lorsqu’on lui rend son doudou», raconte Miryam en souriant. C’est avec cette philosophie qu’elle décide en 2012 de reprendre le magasin de chaussures familial. Très sensible à la cause écologique, et ce bien avant la vague verte venant du Nord. Ses choix se sont portés sur le Fairtrade et la fabrication helvétique. Miryam use ses chaussures quotidiennement pour rejoindre sa famille sur les hauts de la Poya. «Je fais tout à pied, rien de tel pour tester l’efficacité d’un cirage», rigole l’entrepreneuse. Véritable touche à tout, elle aime partager, échanger et donner avec générosité. Mais il en faut plus pour fatiguer cette mère de trois enfants: «Je fais partie du SEL (Système d’échange local) et des Mampreneuses», ajoute Miryam. Pour elle, l’association des mamans entrepreneuses est encore une fois l’occasion de rencontrer et de partager. Audacieuse dans ses choix, la voilà à la tête de deux magasins de chaussures. Hormis celui d’Oron, Miryam a repris cette année un magasin situé au Boulevard de Grancy à Lausanne. Entre la vie de famille et la vie commerciale, elle trouve encore le temps de lire, de bricoler et de danser. Un divertissement qui met encore les semelles de Miryam à contribution.