Mézières – Hommage à un homme de conviction

Décès de Jean-Marc Zwissig survenu le 17 janvier dernier.

Martine Thonney | On le savait certes atteint dans sa santé mais la nouvelle de sa mort se répandit dans le village et en émut la population. Les souvenirs alors montèrent à la surface de maints habitants de ce coin du Jorat. C’était lors du Giron des chorales du Jorat à Vers-chez-les-Blanc en mai 1983. Le chœur mixte L’Espérance de Mézières vivait son dernier concert sous l’experte baguette de son chef Jean Albisetti. La nouvelle de la vacance de ce poste se propagea et arriva aux oreilles du directeur du choeur d’hommes du CHUV, un quasi-inconnu qui se nommait Jean-Marc Zwissig. Ce dernier envoya sa candidature et après audition à la salle de répétitions (qui se trouvait dans le bâtiment de l’actuelle auberge) il fut nommé par les chanteurs à bulletins secrets… En septembre, débutèrent les répétitions et bien sûr les après-répétitions! On fit plus ample connaissance et apprit que ce Valaisan venait d’acheter un terrain au village pour y bâtir sa maison et y vivre avec son épouse Martine et par la suite avec Pauline et Camille, leurs deux filles. Il était gérant de la librairie Marguerat sur la place Saint-François qui faisait la part belle aux livres anciens, bonheur de Jean-Marc. Puis ce fut la librairie de La Nef, lieu géré par l’église catholique. Homme de dialogue, d’esprit de décision doté d’une vive intelligence, il s’intéressa à la vie politique de Mézières (les après-répétitions, disais-je!!). En 1990, il fut élu municipal et fut ensuite syndic de 1994 à 2003. Il savait convaincre et écouter aussi. Même en cas de désaccord, le respect régnait.  De belles avancées pour Mézières faisaient leur chemin. Son engagement, sa foi profonde amenèrent l’Eglise catholique du diocèse à lui demander d’être adjoint au vicaire épiscopal de 1995 à 2012, date de sa retraite. Cette tâche consistait à seconder le représentant de l’évêque en Pays de Vaud. Il visitait donc les paroisses, apportait son aide pour défaire des nœuds relationnels, œuvrait pour favoriser les laïcs au sein de la pastorale, au sein de l’aumônerie du CHUV, entre autres sujets qui le passionnaient. Grand connaisseur des rouages de l’église et de l’état, de la théologie, il avait à cœur le dialogue interreligieux et a été une des chevilles ouvrières pour la légitimité des communautés catholiques et juives en parallèle à l’église réformée dans le canton de Vaud. La messe de remerciements et d’hommage à Jean-Marc a eu lieu dans la jolie église de La Sallaz mardi 12 février dernier. Les divers orateurs (prêtres, vicaire, pasteur et représentant de la communauté juive) qui se sont succédé, ont chacun témoigné de leur reconnaissance envers cet homme ouvert d’esprit, au ministère riche dont les graines semées s’épanouiront encore. Dans ses différentes fonctions, il aimait recevoir, donner et faire passer le message avec persuasion. La population de son canton d’adoption lui en est reconnaissante. Il aurait fêté ses 72 ans à la fin de février.