Mézières – Fidélité et travail en musique sont les marques de fabrique

Soirées de la Fanfare du Jorat 

Martine Thonney | Devant un public nombreux et chaleureux, la Fanfare se présentait les samedi 26 janvier et 2 février. Une quarantaine de musiciens, du plus jeune suivant encore les cours de l’école de musique au moins jeune comptant plusieurs dizaines d’années de sociétariat formait un ensemble du plus bel effet. Sous la précise direction emplie de souplesse et de nuances de David Aebi, la Fanfare interpréta dix morceaux, sans compter le rab final généreux. Beau programme composé certes de pièces difficiles mais néanmoins très agréables à l’oreille des amateurs pas forcément experts! La marche «Punchinello», de William Rimmer, qui sonnait la fin de la première partie fut entre autres très appréciée. Tout au long du programme musical, les différents registres furent mis en valeur et les solistes conquirent le public. Bravo à tous, il serait difficile de les nommer sans en oublier. Le quatuor des jeunes percussionnistes, Lou, Layna, Elodie et Gabriel, fut à son tour excellent. Le 2 février, tous les élèves de l’école de musique firent une apparition remarquée et remarquable sur la scène en jouant de leur instrument. Bravo et merci à eux et à leur professeur! Le fil conducteur tissé par Lorianne Cherpillod emmena gaiement la salle dans un train mythique, l’Orient-Express qui fit une halte forcée à Lausanne. Il a fallu toute la sagacité d’un Watson en herbe – alias Noé Chevalley – pour mettre à jour celui par qui les larcins arrivèrent. Ouf! tout est bien qui finit bien. Le repas servi par l’équipe de Philippe Haenni fut comme de coutume délicieux. Il reste à mentionner que la Fanfare n’a toujours pas de président, mais avec panache, Patrick Desarzens fit office de. (Watson est en train d’en chercher un: aidez-le! merci). Il remercia qui de droit et félicita pour cinq ans d’activité: David Aebi et Guérin Ramuz; pour 15 ans: Ludovic Stettler, Julien Rod et Sébastien Schorderet; pour 25 ans: Régis Freiburghaus, Gilbert Metthez et Michel Zueblin; pour 35 ans: Maurizio Daghini. Fidélité et travail tout en musique sont les marques de fabrique de la Fanfare du Jorat. On se réjouit de la croiser lors d’événements au cours de l’année.