Mézières – Bon anniversaire Eliane Matter

Nouvelle nonagénaire au chemin des Planches

Martine Thonney  |  Au chemin des Planches, ce vendredi 14 septembre, il y avait animation. C’est qu’Eliane Matter fêtait son 90e anniversaire et un jour. Pour les autorités communales, les municipaux Muriel Preti et Pierre Jordan avaient fait le déplacement en apportant voeux et cadeaux. Pour la paroisse, les deux ministres, Nicolas Merminod et Bertrand Quartier avaient le plaisir d’entourer la jubilaire. Ses enfants, Anne-Lise, Jean-François et Bernard ainsi qu’une petite-fille orchestraient le tout. Une amie, Anne-Françoise Jordan s’est jointe à l’équipe. Pour la partie familiale et réunissant les amis, le dimanche 16 fut animé et plein d’émotions. Eliane munie de deux photos m’a raconté le fil se sa vie faite de travail et de beaucoup de foi et d’amour. Elle est née le 13 septembre 1928 dans la famille d’Henri et d’Adèle Comte. Précédée de cinq frères et suivie d’une soeur cadette, Eliane et les siens habitaient Yens près de Morges. Le domaine familial étant trop petit pour nourrir chacun, le papa décida de le vendre et prit un fermage à Aubonne. C’est dans cette bourgade qu’à 11 ans, Eliane suivit le collège pour secrètement espérer devenir institutrice. Son papa en décida autrement et c’est ainsi qu’à la fin de sa scolarité, Eliane partit quelques mois à Köniz près de Berne pour aider une famille paysanne. Ensuite, elle  suivit les cours très connus de Marcelin. A Köniz, m’a-t-elle dit, sa patronne appréciait son aide et sa force de travail; cette dernière lui demanda donc de revenir pour un temps. Eliane accepta d’autant plus volontiers qu’un certain Hans, ne lui était pas indifférent! Ils se marièrent en 1949 et s’établirent en Romandie avec l’espoir de trouver un fermage. En attendant une opportunité, le couple Matter travailla successivement à Puplinge, à Saint-Triphon (commune d’Ollon) et enfin à Allaman où la ferme du Château était à louer. Avec leurs trois enfants, Eliane et son mari y travaillèrent durant 8 ans.

Reste toujours active

C’est en 1961 que l’achat d’un petit domaine à Mézières se concrétisa. Les propriétaires d’alors, Albert et Henriette Jordan se retiraient des affaires. Eliane et Hans étaient enfin chez eux, au bas du chemin des Planches. Le jardin rempli de fleurs et de légumes, c’est le plaisir d’Eliane, même si aujourd’hui elle ne peut plus le cultiver. La peinture à laquelle elle se vouait en autodidacte confirmée tient une grande place dans sa vie et les nombreuses expositions organisées furent des moments d’intense émotion. A Mézières, feu le Centre culturel du Jorat l’a vue à l’oeuvre en tenant  la boutique sise au Chalet Mayor et Le Grenier de la Fontaine était aussi un espace d’artisans dont Eliane se souvient avec bonheur. Elle a aimé donner des leçons de français aux jeunes Suisses-allemandes qu’elle a côtoyées. La paroisse au sein de laquelle elle est encore active, les rencontres des Aînés du Jorat auxquelles elle participe avec joie sont des instants précieux. La Bibliothèque du Jorat où elle plastifie mensuellement les nouvelles acquisitions en compagnie d’un petit groupe de bénévoles est un lieu d’échanges, de rires et d’amitiés. La lecture constitue d’ailleurs une activité quotidienne. Dès que l’occasion se présente, elle mêle sa belle voix d’alto au groupe improvisé. Les voyages au bord de la mer et les balades en montagne sont présents dans sa mémoire et elle est reconnaissante de tout ce qu’elle a pu vivre aux côtés de son époux décédé en 1992, de sa famille, de ses cinq petits-enfants et de ses connaissances. Si vous voyez Eliane grimper le chemin raide des Planches, c’est qu’elle va s’approvisionner au village et faire un brin de causette… C’est important pour la forme physique et le moral! On lui souhaite de garder longtemps les deux, en tenant à distance les soucis que lui provoquent ses artères.