Maracon/Oron – Pas de rentrée scolaire pour les profs!

Etablissement scolaire d’Oron-Palézieux

A droite, Jean-Claude Serex, accompagné de son ami et collègue Claude Mauron, tous deux retraités de l’Etablissement scolaire d’Oron-Palézieux, félicités par leurs quelque 130 élèves à l’issue de l’épreuve de triathlon marquant la fin de l’année scolaire

Michel Dentan. |. Il n’y aura en effet pas de rentrée scolaire pour Jean-Claude Serex et Claude Mauron, tous deux professeurs dans l’établissement scolaire d’Oron-Palézieux, qui viennent de mettre un terme à une carrière professionnelle riche, heureuse et bien remplie pour entamer une nouvelle vie, celle de retraités, dont les journées continueront sans aucun doute à leur offrir de nouveaux et précieux moments de liberté qu’ils sauront et sont prêts à remplir de manière très active. Natif de Maracon, où il a toujours résidé, Jean-Claude Serex a effectué tout son parcours scolaire dans ce collège qu’il connaît par cœur. C’est en 1977 qu’il obtient son brevet d’instituteur auprès de ce que l’on nommait à l’époque l’Ecole normale, avant qu’elle ne devienne en 2002 la Haute école pédagogique. Dès la fin de sa formation, Jean-Claude Serex a eu l’opportunité d’enseigner le sport à plein temps à Lausanne. Il a profité de cette période pour, parallèlement, continuer des études et a obtenu en 1983 son brevet d’éducation physique. C’est en 1986 qu’il saisit l’occasion, suite à la restructuration de tous les établissements scolaires, de venir enseigner dans le collège de son enfance où il fût alors le premier et l’unique maître de sport. Il raconte qu’alors, les moyens financiers des communes étant limités, le centre sportif n’existait pas encore, pas plus que la salle de gymnastique de Palézieux. Le seul endroit à disposition pour la pratique des sports scolaires était l’ancienne salle, assez vétuste, dans laquelle se tiennent actuellement les entraînements du club de lutte local. L’enseignement de jeux sportifs n’était pas possible car le sol ne comportait pas les marquages nécessaires. Soucieux de pouvoir offrir le meilleur à ses élèves, Jean-Claude Serex demanda à sa direction de le libérer de ses activités durant une semaine, période qu’il mit à profit pour peindre lui-même toute la signalisation adéquate. Dès son arrivée à Oron, il a été nommé maître de gymnastique et «autres branches». Et ce sont les travaux manuels qui lui ont été proposés. Toujours prêt à se perfectionner, il choisit de compléter sa formation dans ce domaine pour obtenir, là également son brevet, portant ainsi à trois le nombre de ceux-ci. Un instituteur très complet puisqu’il a également été amené, au cours de sa carrière, à dispenser des cours de géographie, d’histoire, de science et de musique, à des élèves âgés de 11 à 12 ans. Il organise également, depuis plus de 30 ans, à la fin de chaque période scolaire, un triathlon pour toutes les classes de «grands» de l’établissement scolaire. Aucune piscine n’étant à disposition, les disciplines choisies sont un parcours de 15 kilomètres à vélo, une course à pied de 3 kilomètres, ainsi qu’un concours de tir à la carabine à 30 mètres. A l’issue de ces joutes, mercredi dernier, les traditionnels prix ont été remis aux vainqueurs, au refuge des Rottes à Maracon, là où était également organisé, à la suite des récompenses sportives, le «pot de départ» des deux retraités. Une jolie manière de permettre aux élèves de prendre congé de leurs deux très appréciés professeurs! Personnalité indissociable du nom de Maracon, dont il est le syndic depuis plusieurs législatures, après être entré à la Municipalité en 1984, il exerce encore de nombreuses activités parmi lesquelles citons la Société de gym dont il a été moniteur durant de nombreuses années, la musique avec son groupe de rock Gavulin (nom inspiré d’une célèbre marque de whisky!) et organise également depuis plusieurs années, en collaboration avec la Société de tir, la Fête de la musique qui a récemment animé le village. 

Sa retraite sera active

Mais n’oublions pas le second nouveau bénéficiaire d’une retraite bien méritée: Claude Mauron qui, lui, aurait dû être libéré de ses activités à fin avril déjà, mais qui a demandé à pouvoir terminer l’année scolaire avec ses élèves. Après une scolarité débutée à Genève, il a fait des premiers remplacements de professeur de gymnastique dans la ville du bout du lac. Une maturité a suivi mais par le fait que le nombre d’inscriptions en vue de décrocher le brevet de professeur de sport était atteint, il n’a pu obtenir de poste et a choisi de faire cette formation à Lausanne où il a brillamment réussi ses examens en terminant deuxième sur cent! Un nouveau règlement vaudois stipulait alors que l’on ne pouvait être nommé instituteur avec le seul brevet de sport. C’est ainsi qu’il s’inscrit à l’Université, où il continue ses études en géographie, géologie et langue espagnole. A la suite de différents remplacements à Genève, Fribourg et Lausanne, il décide, après s’être laissé charmer par l’ancien bâtiment scolaire d’Oron alors qu’il passait en voiture à proximité, de s’installer dans la région. C’est ainsi qu’il a débuté dans cette commune qui, dit-il, met à disposition un centre sportif au top et où il vient tous les matins avec un énorme plaisir exercer un métier qui le comble. Outre la gymnastique, il enseigne également la géographie à des élèves de 14 à 16 ans qui apprécient beaucoup ce professeur dynamique. Très sportif, il pratique la montagne, aime l’escalade et l’alpinisme. Il a déjà vécu quelques expéditions au Groenland et au Spitzberg et se souvient aussi de la première expédition fribourgeoise, dont il était membre, sur le plus haut sommet d’Amérique du Sud, le Huascarán, qui culmine à près de 6800 mètres. Tout comme son collègue, sa retraite sera active. Il projette notamment, outre divers voyages, la traversée de la Suisse en VTT, qu’il a déjà effectuée par les Alpes, mais ce sera cette fois-ci par les Préalpes. Notre rédaction adresse à ces deux nouveaux retraités ses vœux les plus chaleureux pour un bon départ et une heureuse poursuite dans cette nouvelle aventure.

Jean-Claude Serex et Claude Mauron, heureux retraités, en compagnie de collègues, d’un représentant des autorités communales et d’un conseiller pédagogique