« L’incroyable destin de John Callahan »

Sortie le 4 avril en Romandie. Au cinéma d’Oron le jeudi 5 avril à 20h ainsi que le lundi 9 avril à 18h

«T’inquiète pas, il n’ira pas loin à pied/Don’t worry, he won’t get far on foot»  de Gus Van Sant

Colette Ramsauer  |  Porter à l’écran le biopic du dessinateur John Callahan faisait partie des projets à venir du réalisateur américain Gus Van Sant, depuis les années 90 déjà lorsqu’il découvrit les dessins de presse à l’humour cinglant de l’illustrateur. Il découvrait aussi un parcours de vie tragique. Son lourd handicap physique dû à l’alcool au volant. «T’inquiète pas, il n’ira pas loin à pied» retrace la vie du dessinateur devenu infirme à l’âge de 21 ans. Le scénario est écrit à partir de son autobiographie.

Abandonné à sa naissance

John Callahan s’est mis à boire à l’âge de 13 ans et n’a plus arrêté de s’alcooliser. Pour oublier que sa mère l’avait abandonné à sa naissance. Triste. Elevé dans une famille d’accueil, il aurait pu trouver sa place dans la société. Mais le mal était trop profond et il le noyait dans la consommation d’alcool fort. Puis, une nuit de beuverie de trop avec un copain et l’accident fatal à 140km à l’heure dans un réverbère. Il se mettra à boire à nouveau mais trouvera via une thérapie de groupe, qui au départ lui semble peu crédible, un moyen de désintoxication, et dans le dessin qui le rendra célèbre, une forme de thérapie avant de devenir un célèbre dessinateur de bandes dessinées.

Pardon libérateur

En compétition à Berlinale 2018, le film partait parmi les favoris. Il n’a rien remporté, mais il a conquis le public. Le sujet ne porte pas à rire, mais l’humour reste présent tout au long du film, qui verse dans une histoire admirable de pardon libérateur. Une belle leçon de vie.

«Don’t worry, he won’t get far on foot» de Gus Van Sant, drame biographique, USA, 2018, 113’ avec Joaquin Phoenix, Jonah Hill et Rooney Mara

Au cinéma d’Oron le je 5 avril à 20h ainsi que le lu 9 avril à 18h