L’Histoire vaudoise en format de poche !

Pierre Jeanneret | Trente ans après la publication du dernier volume de la fameuse Encyclopédie illustrée du Pays de Vaud (1970-1984), une monumentale et novatrice Histoire vaudoise a paru en 2015. Ce gros volume de 560 pages, comprenant 800 illustrations et pesant 2 kilos 300, avait rassemblé vingt auteurs (dont le soussigné). Mais qui l’avait réellement lu intégralement? Sous l’égide de l’historien Olivier Meuwly, l’Association pour l’histoire vaudoise a donc décidé d’en diffuser une version digest, à l’attention d’un large public. Celle-ci vient de paraître! Forte de 160 pages, cette version résumée a été rédigée par Corinne Chuard, qu’il faut louer pour son excellent travail de synthèse. Quant à Laurent Pizzotti, responsable des illustrations, et dans le gros ouvrage et dans cette version de poche, il a également fait un travail remarquable. Ces illustrations – photographies d’objets, de tableaux, de portraits, mais aussi dessins qui rendent bien compte de la vie quotidienne à toutes les époques – ont été très judicieusement choisies et «collent au texte». Grâce à ce petit volume en format de poche, on parcourra avec intérêt toutes les époques. En commençant par la préhistoire, trop souvent méconnue. Puis c’est le temps des Helvètes (des Celtes), jusqu’à la conquête romaine, qui a laissé de nombreuses traces, des ruines d’Aventicum à l’adoption du latin qui deviendra le français. Après une période assez troublée où s’affrontent Alamans, Burgondes et Francs, le Pays de Vaud (première mention du Pagus Waldensis en 765) vit sous le règne des comtes puis ducs de Savoie et connaît un grand essor urbanistique: sont alors fondées Yverdon, La Tour-de-Peilz, Morges, Rolle et de nombreuses autres localités. La conquête bernoise se fait en deux étapes (1476 et 1536). Leurs Excellences dirigeront leurs sujets vaudois avec efficacité mais souvent de manière humiliante. Elles leur imposent la Réforme protestante. Après la tentative de libération par le major Davel, le Siècle des Lumières sera propice aux arts et à la littérature. Signalons notamment la publication de la célèbre Encyclopédie d’Yverdon, qui fait concurrence à celle de Paris. En 1798, les armées françaises libèrent le Pays de Vaud, qui accède au rang de canton suisse en 1803. Celui-ci, réputé à tort si calme, connaîtra pourtant deux révolutions, la première libérale en 1830, la seconde radicale en 1845! Dans un canton resté très agricole, les XIXe puis XXe siècles vont néanmoins être marqués par un grand essor technologique et industriel: bateaux à vapeur sur le Léman, chemins de fer, horlogerie dans le Jura, naissance de Nestlé… L’existence des ouvriers reste cependant pénible, ce qui provoque la création du parti socialiste. La crise économique des années trente sera durement ressentie. Mais le XXe siècle vaudois est aussi celui de Ramuz, d’Ernest Ansermet, de la tour Bel-Air premier gratte-ciel en Suisse, de la machine à Tinguely qui fit sensation à l’Expo 64, de Maurice Béjart… Voilà un très sommaire «résumé du résumé». On le voit, tous les aspects de la vie politique, économique, sociale et culturelle sont abordés dans ce petit ouvrage qui use d’une langue accessible à tous et qui est, répétons-le, superbement illustré. Désormais, les Vaudois-e-s n’auront plus l’excuse d’ignorer leur Histoire!

Corinne Chuard (texte) et Laurent Pizzotti (illustrations), Histoire vaudoise, un survol – Bibliothèque Historique Vaudoise et Infolio, 2019, 160 p.