Les dinosaures envahissent Villeneuve !

Ouvert jusqu’au 26 août, tous les jours

Luc Grandsimon  |  Mon fils, qui a 3 ans, adore les dinosaures, comme la majeure partie des enfants et des adultes aussi. Il les avait toujours observés dans des musées et donc, de ce fait, en squelette. Le crâne du tyrannosaure rex qui se trouve au musée de Fribourg, l’avait d’ailleurs beaucoup impressionné. Je lui ai fait la surprise d’aller avec lui au Dinoworld à Villeneuve. Je lui ai expliqué quand même durant le trajet que nous allons voir des dinosaures. Quand je me gare en face du lieu, nous apercevons du parking un diplodocus et le tyrannosaure rex. Mon fils me dit: «Mais Papa, c’est des vrais!» dit-il avec des yeux émerveillés. Ce fut un grand instant de bonheur partagé et c’est ça avant tout, cette exposition.

Jurassique Villeneuve

Le parc est organisé comme une promenade à travers le milieu de vie de ces géants du passé. Certains s’animent, d’autres se contentent de scruter les promeneurs, mais tous sont d’une incroyable véracité. Plus d’une soixantaine de dinosaures sont présents. Des activités comme un mini-golf, une fouille archéologique, des toboggans, et j’en passe… complètent la visite. Deux herpétologues pour les réunir tous. Nous sommes allés à la rencontre des deux personnes créatrices et responsable du projet, Anthony Guillod et Zoltan Prin. Anthony a pu répondre à nos questions pendant que Zoltan continuait à accueillir les nombreux visiteurs.

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Anthony Guillod, j’ai 23 ans et je suis gardien d’animaux à Servion, aux reptiles du monde. Mon associé est mon cousin Zoltan Prin, qui a 25 ans.

Comment est né ce projet?

C’est une idée qui date maintenant de trois ans. Elle vient de ma mère. Elle avait réalisé une exposition un peu comparable à celle-ci au Tessin. Quand j’ai fini mon apprentissage et que mon cousin a eu du temps libre, on s’est dit que nous étions prêts pour nous lancer. Mon père, qui a pas mal d’expérience dans les expositions itinérantes, celle de reptiles, partout en Suisse, nous a aussi bien brieffé sur le sujet. Une création comme celle-ci c’est 6 mois non-stop de travail physique et de communications. On a une très bonne équipe qui travaille pour nous.

Parle-nous du lancement du projet

Avec mon cousin, on a réalisé la première édition à Sion dans le canton du Valais il y a deux ans. C’était vraiment la grande aventure, car on ne savait pas où on allait. On a fait une exposition de trois mois qui se trouvait aux îles. C’était une surface de 10’000 mètres carrés. Il y avait 50 dinosaures en résine et là ils ne bougeaient pas. Pour cette édition, nous avions déjà mis le site de fouille pour les enfants, un petit cinéma et le parcours aventure, mais rien n’est comparable par rapport à tout ce qu’on a ajouté maintenant. L’animation des dinosaures a démarré à la deuxième édition, l’année passée à Cernier à Neuchâtel. C’est des animatronics. Des dinosaures en mousse qui bougent avec une structure à l’intérieur. Ils rugissent aussi et ce qui était amusant c’est que les gens pouvaient les voir s’animer de la route.

Des dinosaures qui bougent?

Les dinosaures sont équipés de capteurs sensoriels et lorsque les visiteurs s’approchent de certains panneaux d’explications, ils s’activent. Parfois, quand il y a du vent, il peut y avoir des brindilles qui volent, ce qui anime les dinosaures même si personne ne vient vers eux. Le parc vit continuellement.

Quelle est la surface de l’exposition, maintenant ?

L’année passée, c’était extérieur et intérieur puisqu’on avait un bâtiment, ce qui nous a d’ailleurs permis de construire plus de choses en intérieur, comme le mini-golf et un vivarium. Nous aimons mettre toujours un ou plusieurs animaux vivants dans l’exposition. Cette année, ce sont des tortues et les scorpions. C’est important de donner un côté vivant à l’exposition. Actuellement, nous avons en plus une section musée avec des fossiles et la réplique de la trace de dinosaure trouvée dans la transjurane sur l’autoroute. Nous avons aussi ajouté une «rivière aux fossiles». C’est une rivière à courant permanent. Les enfants viennent chercher un sac de sable et utilisent conjointement le tamis mis à leur disposition avec l’eau de la rivière afin de trouver les fossiles qui ont été placés dedans.

Ce que j’ai bien apprécié dans l’exposition, c’est que les dinosaures sont cachés dans la nature

Le charme de notre exposition est qu’elle est tout le temps en extérieur. On aime bien l’incorporer dans la nature, que ce soit dans la forêt ou dans la plaine. Nous avons reproduit un marécage dans la plaine. On choisit les dinosaures en fonction des lieux. Dans la forêt, il y a des œufs, dans la plaine il y a les herbivores avec un tyrannosaure rex qui va peut-être les manger, le tout doit respirer le vrai.

Les encarts scientifiques qui présentent les dinosaures et les anecdotes sur eux sont aussi très réussis

Les panneaux explicatifs ont été rédigés en fonction de livres et de théories scientifiques, car tout n’est pas encore prouvé. On reste à l’affût de toutes nouveautés ou toutes nouvelles modifications. On est ouvert jusqu’au 26 août, tous les jours même les fériés. Il y a une grande surprise qui va arriver mi-juin. Les personnes qui sont déjà venues nous voir pourront revenir pour la découvrir.

Dino World Ouvert tous les jours de 10h à 19h

Parc de la Tronchenaz  (vers les terrains de tennis) Route de la Tronchenaz 1844 Villeneuve

Toutes les informations sur leur site:  http://www.dinoworld-expo.ch/

Le journal Le Courrier en partenariat avec Dino World offre 10 entrées gratuites aux 10 premiers dessins de dinosaure envoyés à la rédaction.