Les chevaux lui murmurent à l’oreille

Milka | Cynthia Blauen-stein a toujours aimé les chevaux. De manière passionnelle. Elle commence par un parcours classique, voltige dès l’enfance, puis écoles classiques, puis randonnée par manque de temps puisqu’elle élève deux enfants. Toujours tournée vers la progression, elle s’oriente vers les «chuchoteurs», mais n’est toujours pas satisfaite. Désirant la perfection dans sa relation au cheval, elle se dirige vers la philosophie d’Alexander Nebsorov. Et l’adopte puisque cela correspond totalement à sa conception, à savoir ressortir le potentiel et le meilleur de chaque animal. Elle pratique le yoga de façon intensive, ce qui l’aide dans son approche et sa philosophie. Son concept est d’ailleurs basé sur les principes du yoga. «Ce n’est pas le but qui doit nous rendre heureux mais le chemin pour y arriver».

Le cheval est un animal qui aime vivre en groupe, il est vulnérable s’il est seul. Il doit se confronter au troupeau. C’est un animal sociocognitif et un animal noctambule. Qui devrait pouvoir se mouvoir en toute liberté. Selon elle, une stabulation libre permet de lui assurer un mode vie adapté à ses caractéristiques et ses besoins.
Elle pratique un art équestre sans aucun moyen coercitif ni aucun renforcement négatif. Il n’y a jamais de punition. «Le cheval est le miroir de l’homme» donc la gestion de son émotionnel et de son mental est primordiale  pour le guider dans les différentes allures et figures. Si le cheval est capable de sentir une mouche il sent également notre respiration et c’est par la maîtrise de son souffle «pranâyama» qu’elle arrive à faire corps avec son animal. Elle travaille aussi sur la mémoire cognitive qu’il est vital de prendre en considération.
Ses principes sont basés sur le respect, l’écoute, l’accueil et la liberté. Sa pratique s’exerce au sol jusqu’à l’obtention d’une parfaite harmonie. Elle commence toujours par les câlins et les assouplissements, puis certains exercices au sol pour s’assurer que le cheval est bien connecté avec elle. Elle les monte à cru ou avec une selle et un cordeo (jamais de mors, ni cravache).
Selon elle, un bon partenaire doit être les yeux et les oreilles de son animal. Il doit accueillir ce que son cheval lui offre et l’aider à développer à partir de ses acquis. La liberté est essentielle pour la solidité du couple homme-cheval. Il faudrait lui donner tellement de liberté de façon que sa liberté soit de choisir d’être totalement avec nous.

Pour tous renseignements : http://www.equin-om.ch/