L’épopée fabuleuse de la course à pied

CR  |  Le film raconte l’histoire de la course à pied depuis les années 50, époque où courir hors des stades tenait de l’incivilité, jusqu’aux actuels événements des marathons à New York, Boston ou Berlin. Pierre Morath dédie son film au journaliste sportif Boris Acquadro (1929-2005).

Pas de chance pour une Maya Chollet

Des femmes se sont battues pour leur droit à participer aux courses populaires. Avant les années 70, pas de chance possible pour une Maya Chollet du moment de développer son talent ! Grâce au courage de deux athlètes américaines, Kathrine Switzer et Bobbi Gibb, à leur volonté de libérer les femmes du joug des fédérations sportives, en 1966-67 une brèche s’ouvrait enfin. Des hommes de leur côté, tels le marathonien Bill Rodgers et le coureur de demi-fond Steve Prefontaine, luttaient pour faire valoir les droits des coureurs au même titre que les athlètes d’autres disciplines, déclenchant l’intervention des sponsors dans le monde du sport.

Aujourd’hui, des millions d’adeptes

Dans son documentaire, Pierre Morath présente un large panorama d’une pratique sportive dont les adeptes se comptent aujourd’hui par millions: images d’archives, témoignages inédits de champions, de pionniers, tels en Suisse Noël Tamini  et Yves Jeannotat, naissances des courses traditionnelles comme Morat-Fribourg, marathons de Boston, NY, Rome ou  Berlin, courses de montagne.

Ce film est une ode au courage, au dépassement de soi, à l’amitié. A la nature, lorsque au-delà des performances, des dérapages causés par les sponsors, la course de fond demeure un symbole de liberté pour champions et anonymes, tous âges confondus. « Jette ta montre, regarde le ciel, regarde les étoiles » dit si bien un ancien athlète, Dr Norb Sander, dans une interview.

Cinéma de Chexbres du 25 au 26 octobre, 20h30 «Free to Run», doc. France, v.f. – 98’, 6/12 ans, de Pierre Morath