Le sport … est-ce vraiment cela ? Question aux adultes, aux parents !

Pierre Scheidegger, Panathlon-Club Lausanne  |  C’était une belle journée. Le petit terrain de foot? Un grand silence au milieu de son écrin campagnard. Deux enfants! Dix, douze ans… pas plus. Le plus jeune au but. L’équipement?… un vrai gardien. Le ballon est posé sur le rond du penalty. Le but est réussi!

Alors ?… Inimaginable…
Oui! Inimaginable car l’enfant qui venait de réussir «son» goal se mit à hurler, bras en croix, embrassa la pelouse, fit un signe… religieux, le tour du terrain pendant que son petit copain… attendait!
Etonnant? Non! Cette scène se produisit plusieurs fois. Etrange? Non! Une hallucination mais on pourrait l’appeler:

Mimétisme !…
Etrange faculté de ressemblance qu’éprouve surtout un jeune enfant en imitant par le geste et l’attitude les sportifs de TV… mais pas seulement!
Sans négliger que le sport est aussi un spectacle, surtout par la beauté du geste, il est navrant que l’on développe bizarrement cette forme de «mascarade» au profit des jeux du cirque qui pourraient aussi en provoquer le déclin par lassitude. On en parle dans les chaumières!

Heureusement 
Il y a encore des victoires! Des victoires par la culture du fair-play.
C’était lors d’un match entre deux équipes de villages voisins. Des enfants en préadolescence, heureux de porter le maillot de leur équipe. Ils se connaissaient tous. Leur scolarité, dans le même collège.
Le match se jouait dans le respect des règles depuis vingt minutes, quand un parent dans les tribunes insulte un joueur de l’équipe adverse. Le ton monte, on en vient aux mains, la situation dégénère, les coups partent. On ne s’étonnera plus que des entraîneurs aient dû interdire l’accès au terrain à certains parents, lors d’entraînements ou de matches, sous la menace que s’ils se présentaient leur enfant ne jouerait pas!
Un joueur voyant son père hors de lui, oubliant où il se trouvait en se battant lamentablement, se dirigea en pleurs vers son entraîneur. Ce dernier, en accord avec son collègue de l’équipe adverse, décidèrent d’arrêter le match, ne souffrant l’idée qu’un enfant pratiquant son sport favori n’était pas là pour verser des larmes et assister à ce triste spectacle en dehors du terrain.
Regroupés dans le rond central par leurs entraîneurs, ces jeunes joueurs d’un commun accord, décidèrent main dans la main de se diriger calmement, irréel, presque au ralenti  vers les tribunes.
Sans un mot, ils s’assirent sur la ligne de démarcation du terrain dos à la tribune. Honte à l’adulte, leçon à certains parents. Un silence… gêné!
Toujours silencieux, ces jeunes sportifs s’en sont retournés dans le rond central et décidèrent, un geste rare mais tellement beau par sa signification… d’échanger leurs maillots… puis continuèrent le match.

Un  moment hors temps!
Leur victoire… Une belle leçon à l’adulte, non seulement de fair-play mais aussi d’humilité.
Egalement, de la part des entraîneurs des deux équipes, par le rappel que les parents-supporters ne peuvent pas et ne doivent pas défouler leur frustration sur un site de sport devant leurs propres enfants. Ce n’est pas de cette façon qu’il deviendra… un champion!
Heureusement, une prise de conscience importante se génère par les entraîneurs et responsables sportifs pour que de telles situations deviennent de plus en plus rares, en rappelant aux jeunes sportifs leur rôle qu’ils peuvent jouer auprès du monde des adultes.

PS: Ces deux situations sont réelles. La première, dans notre bon canton de Vaud. La deuxième en Italie, l’amour du foot!