Le chat me pousse à la paresse !

Marie  |L’hiver est toujours là, quoi qu’aujourd’hui des rayons de soleil se frayent un chemin à travers les nuages et inondent mon foyer. C’est ainsi chauffé par l’astre solaire que je lis votre journal hebdomadaire Le Courrier. Soudain, je lance dehors un fugitif regard, mal m’en a pris, mes yeux fixent mes carreaux qui eux ne brillent pas du tout. Ah me dis-je, il va falloir s’attaquer au nettoyage de la maison en profondeur, le nettoyage des vitres en premier, puis le rangement en désencombrant. Même si à la fin on est bien fatigué, le bien-être ressenti, ce   sentiment de satisfaction d’avoir un chez-soi rutilant compense les efforts entrepris. En plus rien de tel pour garder une bonne hygiène mentale. Prendre aussi son temps en échelonnant sur plusieurs jours ces travaux qui peuvent s’avérer longs, (faire attention aux détergents utilisés et prévenir les accidents de chutes en s’assurant de la stabilité des échelles et escabeaux). Le jour J, je suivrai tous les conseils à la lettre mais pas forcément maintenant, et pour cause,  la vision de mon chat qui se prélasse au soleil ainsi que la mauvaise météo annoncée pour les prochains jours m’interdisent le début de l’opération nettoyage du printemps.