Le bois de nos forêts, valeur énergétique de qualité à disposition

Gil. Colliard  |  Les prémices de l’hiver se sont déjà fait sentir: le froid, la neige ont fait leurs premières apparitions. Autrefois, on jetait dans le fourneau une bûche, prélevée dans le stock préparé pour l’hiver. Aujourd’hui, de nombreux systèmes interviennent pour rendre les intérieurs agréables à vivre. Le bois reste une valeur sûre et toujours au goût du jour avec l’utilisation des «pellets» mais aussi des plaquettes de bois. La Société coopérative Bois-énergie Jorat-Broye propose, sur ses deux sites de Carrouge et de Moudon, de la plaquette sèche issue des forêts régionales.

De la plaquette sèche composée à 90% de bois dur

Les arbres coupés sur les territoires des triages de la Haute-Broye, du Jorat et de Moudon, destinés à être transformés en bois énergie, sont acheminés sur les sites de l’Ecorchebœuf  à Carrouge ou en Bronjon à Moudon, afin d’être déchiquetés sur place. Stockés sous forme de plaquette, ils sécheront par fermentation pendant environ trois mois. Ne contenant ainsi plus que 20 à 22% d’eau, ces copeaux offrent une source énergétique optimale pour les centrales de chauffe. Le Tropiquarium de Servion, plusieurs communes, l’ASIJ (Association scolaire intercommunale du Jorat) et des privés en augmentation sont déjà une clientèle fidélisée. Marc Rod, garde forestier, responsable des deux structures, prend les commandes et coordonne les chargements sur place ou organise les livraisons pour les commandes importantes. Les deux hangars, avec une capacité totale de stockage de 5500 m3 de plaquette, permettent de répondre à une demande importante qui peut aller croissant, même lors d’un hiver long et froid, avec un produit de qualité composé à 90% de bois feuillu à haute valeur calorifique. L’utilisation d’un stère de bois-énergie permet d’économiser environ entre 1100 et 1800 kWh d’énergie fossile (en fonction de l’humidité du bois) et d’éviter ainsi l’émission de 0,25 à 0,4 tonne de CO² dans l’atmosphère. Les rejets des chauffages à bois ont au final un impact neutre puisqu’ils correspondent au CO² récupéré par les arbres lors de la photosynthèse.

Promotion et utilisation du bois-énergie local

Erigés sur des terrains communaux, en droit de superficie, les hangars à plaquette sèche, rénovés et consolidés en 2010 pour Carrouge et construit en 2015 pour Moudon sont propriété de la Société coopérative Bois-énergie Jorat-Broye, gérée par le Groupement forestier Broye-Jorat. Cette entité, fondée en octobre 2013, a pour but d’utiliser et de promouvoir le bois énergie issu des forêts allant des territoires de Maracon, d’Oron, des communes du Jorat jusqu’à Moudon. «Bien que quelques projets voient le jour, comme le collège de Servion, un collège avec ses infrastructures scolaires à Moudon ou l’éventuel collège à Carrouge, nous aimerions voir les communes et aussi les privés s’investir plus dans la création de chauffages à bois, mais le prix actuellement bas du mazout n’est pas une incitation dans ce sens», constate André Jordan, président du comité. Les centrales de chauffe à bois sont idéales pour des quartiers de villas, de l’habitat regroupé, des infrastructures communales ou intercommunales. La marge de réserve par rapport à la quantité de bois régional disponible est importante. De plus avec les nombreux frênes atteints de «chalarose», qui sont abattus pour des raisons de sécurité, cette matière première indigène est suffisamment abondante pour couvrir les besoins actuels et futurs.

Contact pour la commande de bois-énergie plaquette Marc Rod, 079 638 05 21

Le mazout l’emporte sur le bois pour la place d’Armes de Moudon

En parfaite contradiction avec ses objectifs de lutte contre les émissions de CO2, le Conseil fédéral a confirmé son choix de chauffer les bâtiments de la place d’Armes de Moudon au mazout en abandonnant le bois, en réponse à l’interpellation du conseiller national Daniel Brélaz. Les arguments mis en avant sont le retrait de l’armée du site moudonnois entre 2022 et 2025 ainsi qu’un coût largement supérieur pour la solution bois. Une profonde déception et un coup dur pour la Société coopérative Bois-énergie Jorat-Broye, fournisseur des plaquettes, qui avait reçu le soutien tant des élus régionaux que cantonaux. Lueur d’espoir, la future affectation des lieux qui sera mise en discussion avec les autorités cantonales et communales et qui pourrait voir un changement de politique au niveau du chauffage.