Lavaux a-t-il besoin d’être sauvé ?

par Antonio Costa | Sauver Lavaux III, contre-projet, que d’initiatives mises en place pour une loi que nous avons  votée et que l’on a du mal à appliquer dans certaines de nos contrées. Cette nouvelle votation, qui aura lieu le 18 mai prochain, implique que tous les citoyens vivant pas seulement en Lavaux mais aussi sur tout le territoire du canton de Vaud se déplace aux urnes.

Lavaux c’est 830 hectares et un peu plus de 20% de la surface viticole de notre canton. Il s’étend sur 14 kilomètres entre Lutry et Saint-Saphorin, sur les rives lémaniques, et de Grandvaux à Chexbres, au sommet du vignoble. Il est l’un des plus grands vignobles de Suisse et intègre 14 villages déjà bien préservés.
Avec une grande diversité de sols et de microclimats, il permet aux vignerons de jouer de son savoir-faire pour produire une riche gamme de vins. Les vignes ont commencé à être cultivées au temps des Romains, mais les vignobles en terrasses remontent au XIe siècle, quand les bénédictins et cisterciens contrôlaient toute la région. Ce panorama composé de villages, de petites villes et l’exploitation de la vigne reflète le développement sur dix siècles du système de production et de propriété.

Une inscription qui doit être pérennisée
Lavaux possède un titre à dimension universelle et il en est fier. Une inscription au patrimoine mondial de l’Unesco fortement méritée et qui doit être pérennisée. L’Unesco fixe des critères permettant à un site d’être considéré comme ayant une valeur universelle. Il divise l’ensemble des biens inscrits au Patrimoine mondial en trois catégories: les sites naturels, les sites construits et les paysages naturels. Lavaux constitue un paysage culturel et rejoint le cercle très fermé de six sites répartis dans le monde qui sont reconnus à l’échelle mondiale. Il constitue un exemple significatif de paysages, de l’histoire et du type d’établissement humain et d’occupation de territoire traditionnels représentatifs d’une culture. Forts de cela des experts internationaux le citent comme exemple.

Un équilibre entre les habitants et l’environnement
Lavaux c’est aussi des habitants, des commerçants, des associations et des administrations qui travaillent ensemble pour le préserver depuis bien longtemps. Depuis 2011, ce sont près de 450 projets de constructions qui ont été mis à l’enquête sur le territoire des communes de Lavaux. Rien n’est fait à la légère en Lavaux. Car en Lavaux, on veille à ce que l’on a bâti et ce que l’on va bâtir soient en parfaite harmonie avec les besoins de la population tout en respectant le paysage et l’environnement.

Initiative ou contre-projet, nous laissons le peuple en juger par lui-même si vraiment Lavaux a besoin d’être sauvé.