La vie à cinq

Sari | Dans notre petit appartement notre vie a été chamboulée. Fini les sorties hebdomadaires et place au baby-sitting (encore un mot anglais).
Il ne faut pas se plaindre, nous étions les deux volontaires pour ce geste d’entraide, et après tout, changer son quotidien cela fait aussi du bien.
N’empêche que si je devais mettre dans une balance
notre situation nous l’aimions moitié-moitié (comme la fondue fribourgeoise).
Le moins facile à vivre c’était les disputes futiles du jeune couple, suivies d’un rabibochage à tous les coups. Au moins ça ! Personne ne fait la tête, le petit Louis gazouille comme un oiseau du matin au soir avec des moments de pleurs et de cris aussi, chose courante pour un bébé de son âge; il va sur ses trois mois et les premières dandines sortent. On ne sait pas pourquoi ces coquines ne percent qu’au milieu de la nuit quand les adultes dorment à poings fermés.
Dans le logis, celui qui est le moins heureux c’est le chat «Etoile», parce que du coup ce n’est plus lui qu’on va caresser le matin, mais Louis.
Arthur est aussi contrarié et sort plus souvent sans moi; il voulait partager
l’expérience pour autant qu’elle soit de courte durée. Un mois s’est écoulé et toujours pas d’occupation à l’horizon pour mes deux tourtereaux…