La petite histoire des mots

Juillet

Georges Pop |  Juillet et août, son jumeau, sont des mois dont le nom résonne joyeusement dans les esprits, car ils sont synonymes de soleil, de chaleur bienfaisante et de vacances. D’ailleurs ne nomme-t-on pas juilletistes et aoûtiens les migrateurs estivaux selon la date de leur départ vers les plages ou les cimes. Si juillet est aujourd’hui le septième mois de l’année, ce ne fut pas toujours le cas. Du temps de la République romaine, juillet s’appelait quintilis, autrement dit le cinquième. En ce temps-là, chez les Latins, l’année ne commençait pas en janvier, mais en mars ; mois qui porte le nom du dieu de la guerre (Mars) car, avec la fin de l’hiver, les hostilités, interrompues pendant les frimas, pouvaient reprendre. De cette classification antique nous conservons d’ailleurs encore les noms des mois d’octobre, novembre et décembre qui, étymologiquement, veulent  dire le huitième (octo en latin), le neuvième (novum) et le dixième (decem). De nos jours nombre d’écoliers ne savent de Jules César que ce qu’ils en lisent dans les albums d’Astérix où il est incarné par un personnage souvent irascible et emphatique, raillé par les personnages imaginés par Goscinny et Uderzo. Les adultes un peu cultivés savent eux, peut-être, que César a écrasé une coalition gauloise à Alésia ; fait exécuter Vercingétorix ; écrit la Guerre des Gaules ; qu’il est l’auteur de la célèbre citation les dés sont jetés (Alea Jacta est) et qu’il a séduit Cléopâtre qui lui a donné un fils. Plus rares en revanche sont ceux qui se souviennent que Jules a introduit un calendrier solaire qui porte son nom, le calendrier julien – aujourd’hui remplacé par le calendrier grégorien – dont les grands principes sont encore valables aujourd’hui : une année normale de 365 jours qui commence le 1er janvier, date des élections des Consuls de Rome et non plus aux ides de Mars, le 15 mars, considéré comme le début du printemps et, tous les quatre ans, une année bissextile comprenant un jour de plus. C’est d’ailleurs en l’honneur de César, né le 13 du mois quintilis, que le nouveau 7e mois de l’année romaine fut rebaptisé iulius, après son assassinat par des conjurés au nombre desquels figurait son fils adoptif Brutus. Mais oui ! Juillet c’est tout bêtement le mois de Jules… L’histoire cependant ne s’arrête pas là ! Lorsqu’Octave, autre fils adoptif de César, parvint au faîte de sa gloire et prit le titre d’Empereur sous le nom d’Auguste, il statua que lui-aussi, comme papa, avait le droit de donner son nom à un mois. C’est ainsi que le mois qui portait jusque-là le nom de sextilis (le sixième) fut rebaptisé Augustus mensis (mois d’Auguste) d’où découle justement le nom de notre mois d’août. Et ce n’est pas tout ! Quand le divin Auguste constata que son mois à lui comportait un jour de moins que celui de papa Jules, il fit une grosse colère d’orgueil. Et que décida-t-il ? Je vous le donne en mille… Il piqua sans vergogne un jour à février pour en en rajouter un à son mois à lui. Et c’est pourquoi, de nos jours, juillet et août ont chacun 31 jours, alors que de tous les mois, février est le plus dépouillé. Après la réforme de l’orthographe de 1990, il paraît qu’il n’est plus nécessaire de mettre un accent circonflexe sur le u du mot août. Mais moi, je ne vois pas pourquoi on se priverait d’un si joli parasol en plein été…