La fontaine des lavandières

Gérard Bourquenoud  |  A une certaine époque, à la campagne, aucun ménage n’avait de machine à laver et même pas une buanderie pour laver le linge, ce qui obligeait les paysannes en particulier et les femmes d’ouvriers à se rendre à tour de rôle, parfois à plusieurs, faire la lessive à la fontaine du village, en hiver comme en été. La conversation était souvent très animée en ce sens qu’elles apprenaient tous les potins des chaumières. Et l’on disait même par taquinerie que « les méchantes femmes avaient toujours le beau temps pour la lessive » et « quand les belles du village allaient lessiver, c’était le présage de trois jours de pluie ».

Cette fontaine villageoise appelée aussi « fontaine des lavandières », où les femmes lavaient leur linge à la main, se trouve à Villarvolard, en Gruyère, une commune qui, durant la dernière guerre mondiale, était essentiellement agricole. Elle fait la fierté de la population qui l’a entretenue et conservée avec ses piliers d’antan et son toit entièrement reconstruit. Un patrimoine aujourd’hui en très bon état qui est mis en valeur par un embellissement floral durant la saison estivale.