Jorat-Mézières: rétrospective forestière de l’année 2016

Gil. Colliard |  Jeudi 11 mai, 19h30, la toute jeune commune de Jorat-Mézières accueillait, dans sa belle salle Gustave Roud, l’assemblée générale de printemps du Groupement forestier Broye-Jorat, présidée par Jean-Claude Serex. Après l’adoption du PVa du 29 septembre 2016 et des comptes de l’année écoulée, la parole fut donnée à Daniel Sonnay, président du comité depuis octobre dernier. Adressant ses remerciements aux personnes œuvrant pour la bonne marche du groupement, il «tira son chapeau» à tous ceux qui ont donné de leur temps et de leur savoir-faire pour la préparation et la tenue du stand lors du dernier Comptoir d’Oron, du 20 au 23 avril 2017, mentionnant tout particulièrement le travail de Didier Gétaz, stagiaire, qui avec l’aide des «tigistes», a réalisé une maquette forestière à l’échelle 1:87, d’un peu plus de 5 m2, pièce maîtresse du stand. Il souligna l’importance de vulgariser l’activité forestière suisse, notamment lors de séances avec les enfants, comme cela a été fait en collaboration avec les écoles et le Passeport Vacances. «Ici, le travail se fait dans le respect du patrimoine et de son avenir. Cela n’a rien à voir avec la déforestation et les tronçonneuses tueuses de forêts» martela-t-il.

Plan directeur forestier, les dessertes forestières et l’arrivée du cerf

Gil Loetscher, inspecteur forestier, se fit le rapporteur des dernières informations cantonales et fédérales. Le Plan directeur forestier région centre arrive à bout touchant. Plus de 250 personnes se sont penchées sur ce document, définissant pour une vingtaine d’années la politique forestière, comprenant l’exploitation, l’environnement, l’économie, les loisirs, etc. Un document à ne pas laisser dormir au fond d’un tiroir mais à utiliser en véritable outil de travail qu’il est. Autre point: la décision des Chambres fédérales d’accorder des subventions pour revoir l’ensemble du réseau et des dessertes forestières. Le rapport forêt/faune fait partie des préoccupations de la branche. Aussi, avec l’aide des gardes-forestiers, une cartographie signalant les problèmes dus aux ongulés a été mise en place. On constate l’établissement du cerf, qu’il faudra surveiller afin de ne pas vivre les mauvaises expériences du Jura. On dénombre en plus de la population des chevreuils, quelques chamois qui se plaisent bien dans nos vallons escarpés.

Météo exceptionnelle, prix en berne, état sanitaire et Fête de la forêt

Eric Sonnay, garde-forestier, fit lecture de l’excellent rapport annuel établi avec ses collègues Marc Rod et Didier Pichard. 2016 fut l’une des 10 années les plus chaudes depuis 1864, avec une chaleur inhabituelle de juillet à septembre, alors que les précipitations furent concentrées sur le premier semestre. De nombreuses coupes durent attendre avril 2016 pour être débardées, par manque de neige et faute de sol gelé, contrairement à l’automne où les conditions favorables permirent aux entreprises de respecter les délais. Dans les forêts publiques, le volume exploité a été de 16’170 m3 dont 2628 m3 de chablis. Les plantations ont couvert 10.3 ha alors que 126 ha de jeunes peuplements ont bénéficié de soins culturaux. Avec 68% du volume, le bois de service résineux figure en tête de la production. Le prix de vente moyen, légèrement supérieur à 2015, mais  inférieur à 2014, a été de Fr. 84.-/m3. Le bois de service feuillu est un assortiment marginal, il faut cependant relever que lors de la mise organisée par la coopérative La Forestière, une bille de chêne exceptionnelle de 8 m
de long et 3.39m3 a été vendue à Fr. 522.-/m3. Le marché du bois d’industrie résineux, la râperie pour la fabrication du papier, de la cellulose et des panneaux de particules, est morose. Le bois de feu ou énergie représente le 21% de la production. Une abondance de produits due à la chalarose ne permet pas d’envisager une amélioration des prix dans un proche avenir. Au niveau sanitaire, l’automne sec et doux a permis au bostryche de proliférer, provoquant la coupe de 800 m3. La tempête Suzanna balayant la région, le 10 février, a couché quelque 500 m3. La chalarose du frêne continue à faire des ravages et sévit maintenant dans toute l’Europe. Des coupes de sécurité représentant 1000 m3, ont été organisées le long des voies de communication, financées par le service des routes, les communes et Romande Energie. Une proportion non négligeable de ces arbres se sont révélés pourris à l’intérieur et présentait de toute façon une menace pour la sécurité des usagers des routes. Dans les forêts protectrices, 2250 m3 de bois ont été façonnés par les entreprises qui se sont vu attribuer des soins culturaux sur plus de 20 ha. Des subventions forestières à hauteur de 640’000 francs ont été perçues en majorité pour les travaux dans les forêts protectrices, mais aussi non protectrices, la biodiversité, les lisières étagées et les protections des plantations contre le gibier. Enfin, sous une météo radieuse, 350 élèves et près de 600 personnes ont participé aux journées de la forêt, organisées les 23 et 24 septembre 2016, à Moudon, profitant des 13 stands disséminés sur le parcours.

Une initiative pour redonner un souffle au marché du hêtre

Didier Wuarchoz, directeur de La Forestière, coopérative chargée du négoce du bois, signala l’écoulement normal de ce produit, inchangé depuis 2015, tant au niveau des volumes que des prix. Les exportations ont diminué et l’approvisionnement des scieurs est confortable, bien que ceux-ci restent un maillon fragile de la chaîne. La hausse des prix en Allemagne pour le bois lamellé/collé a quelque peu diminué la pression sur les prix. La Forestière soutient une nouvelle initiative visant à utiliser le hêtre pour produire du lamellé, utilisé sous forme de poutres poteaux, etc., pouvant concurrencer la production métallique. Ce projet soutiendrait le marché de cette essence qui est sinistré.

Le Groupement forestier, vedette du Comptoir d’Oron 

Ayant demandé quelque 300 heures internes pour sa réalisation, le stand du Groupement forestier du Comptoir d’Oron a été une vraie réussite. Les quatre thèmes développés: le bois-énergie en collaboration avec la Coopérative bois-énergie Jorat-Broye, les zones d’accueil signalées sur des cartes, les fonctions de la forêt avec la maquette et le castor, présenté par Jean-Michel Trolliet garde-pêche, ont séduit et intéressé un large public qui n’a pas manqué de faire part de son enthousiasme. Avant de conclure et de partager quelques instants autour de la collation préparée pour l’occasion, Daniel Sonnay signala qu’en 2018, la Fête de la forêt se déroulera sur le triage de la région d’Oron. La Société coopérative bois-énergie Jorat-Broye, affiliée au Groupement forestier, chargée de la transformation du bois-énergie (plaquette, bois bûché) régional a tenu son assemblée générale le 2 mai à Ropraz. Lors de cette séance, Daniel Henry, syndic de Ropraz, a été élu président en remplacement d’André Jordan, président fondateur. Au conseil d’administration, il sera entouré par Michèle Pidoux, de Moudon, Daniel Ruch, de Corcelles-le-Jorat, Etienne Cherpillod, de Vucherens et Pierre Jordan, de Jorat-Mézières.