Information

Arvid Ellefsplass, rédacteur en chef |  Un avis d’enquête. Tout commence avec un simple avis d’enquête. Puis suit une inquiétude devant le changement d’affectation d’une ferme villageoise. A ce jour, l’inquiétude s’est matérialisée en opposition franche et résolue devant cette transformation. 

La transformation réside en un changement de vocation du lieu, de ferme traditionnelle en école privée. A cet effet, la modification de l’intérieur pour en faire des salles de classes ainsi que le réaménagement extérieur avec des places de parc selon les normes en vigueur exige un permis de construire qui induit naturellement la mise à l’enquête publique.

A ce stade, il est utile de préciser que l’avis d’enquête ne peut concerner que le respect des lois de construction et des règles du bâti dans le canton. Par conséquent, une opposition ne pourrait être légitimée uniquement que par une infraction aux lois et règles en vigueur, voire une sérieuse atteinte au voisinage le plus proche.

Or, il semblerait que ce ne soit pas la transformation elle-même mais bien les futurs propriétaires et utilisateurs, ainsi que l’activité qui y sera pratiquée qui posent problème. L’opposition à l’avis d’enquête lui-même ne sera donc qu’un premier pas sur le chemin de croix qui mènera invariablement aux tribunaux.

Et c’est bien là que le bât blesse.

L’histoire de l’institution qui désire y officier pourrait être plus rassurante, mais ce n’est pas tout à fait le cas. Cet établissement a laissé des traces par le passé qui amènent une inquiétude toute naturelle dans la population. 

Or, il s’avère que la fraternité est installée à Villars-Tiercelin depuis sept ans et la syndique des lieux ne peut que se féliciter de la bonne tenue de cette école qui y a même amené un peu d’animation dans la commune…

L’heure n’est donc pas à la polémique mais à la concertation. Qu’une séance d’information au préalable ait été louable ne fait plus aucun doute, nous sommes toujours plus intelligents après. Mais il n’est plus temps de camper sur des positions figées. L’information a de tout temps été le vecteur du consensus, nous le savons bien, et une population bien informée ne peut être que mieux éclairée.