Image d’antan

Une cuisine noircie par la fumée de la borne 

G.Bd  |  Au début du 20e siècle,  nombreuses étaient les personnes qui, à la campagne, vivaient avec très peu de moyens dans des logements sans aucun confort et qui, le plus souvent,  n’étaient chauffés que par un potager à bois. Les plus aisés avaient en plus un fourneau en molasse pour améliorer la température des chambres. Et cela je l’ai vu de mes propres yeux parce que né avant la seconde guerre mondiale. Dans bon nombre de fermes de l’époque,  la cuisine se trouvait au rez d’une borne qui servait à fumer les jambons, le lard et les saucissons. Paysans et paysannes prenaient même leurs repas dans un décor enfumé qui, à la longue, était un signe d’immutabilité. On ne peut considérer une telle image comme de la pauvreté, mais presque. Et quoi qu’on en dise,  la simplicité authentique et dépouillée de cette cuisine noircie des années 1930-40 est vraiment caractéristique d’une époque révolue. Et malgré l’environnement dans lequel vivait cet homme âgé, son sourire à l’assistante sociale venue lui rendre visite, nous donne la preuve qu’il était tout de même heureux.