Il regarde le match… dans les yeux des supporters!

Pierre Scheidegger Panathlon-Club Lausanne   |  La réalité sociale dans nos sociétés actuelles permet une diversité de compréhension, de plaisir… et d’action en tout milieu sportif. On peut alors se demander si, réellement, réalise-t-elle un… ou le développement personnel désiré selon des temps individuels ou d’équipes? On aime le sport en le pratiquant ou… simplement en «supporter» respectueux! Il est cependant vrai que ce n’est pas toujours le cas, mais là n’est pas le propos. Sans prétendre résoudre une problématique qui, il faut le reconnaître, fut souvent à l’origine de désordres annihilant le plaisir d’un spectacle que peut nous offrir le sport, on retiendra le message de joie, de chants, voire tout simplement le plaisir du supporter à encourager ses favoris. La réalisation de ces moments par ce climat de rencontre passe souvent par la volonté de faire partie d’un groupe désirant au plus fort une voie communicative interclasse et sociale de se fixer le même objectif: Vivre Son Equipe!

Il est toujours présent!

Il est toujours le premier. Le premier à sortir du train ou du bus! Le premier devant l’entrée du stade. Lui, c’est…  Le CAPO. Un vrai chef… d’orchestre… mais pas d’un orchestre symphonique ! Non… des supporters ! Et quels supporters. Vivants, bruyants, joyeux. Avec son équipe sur le terrain, ils vont sous sa direction offrir les couleurs du club à ceux qui savent aussi les regarder et les écouter.

Le stade, le virage du KOP…

Le virage est plein, le KOP bleu-blanc parfois, rouge-blanc en d’autres situations, là n’est pas l’importance. Chacun a mis son «habit de lumière» et l’écharpe aux couleurs du club bien au-dessus de la tête et là… c’est la fierté de chacun, l’identité du groupe, le soutien sans faille à son club!

Oui! Là, se présente… le CAPO! 

Son regard droit dans les yeux de ses milliers de «tifos» et c’est l’ouverture. L’hymne du club pour la rentrée des sportifs sur le stade, la patinoire ou tout autre lieu de sport d’équipe.Ils les ont appris ces chants avec enthousiasme pour les offrir au public d’une seule voix qui, souvent va les accompagner motivé par cette joie communicative L’équipe attaque? Ou défend? Chaque fois un couplet d’accompagnement mais lui, le CAPO, ne voit pas le match. C’est dans les yeux, les gestes, le sourire ou les grimaces de son KOP qu’il choisira les chants de circonstance. C’est une vraie fonction d’artiste. D’un artiste pétri de qualités. Il est comédien, il aime chanter. Il compose ou choisit les airs. Il sait être… chef et dirige toujours positivement ses «tifos». Il refuse les fausses notes telles la violence ou d’anti-sportivité. Il est le trait d’union apprécié des dirigeants, des sportifs, des sponsors du club. Avec les supporters, le CAPO est souvent la pierre angulaire du fair-play dans son club. Sa voix est d’importance, toujours au profit d’améliorations de l’équipe mais surtout du public.

Alors?

Qui est-il, ce personnage… si précieux? Il est surtout un sportif. Souvent, a pratiqué son sport d’équipe de prédilection et il en connaît toutes les règles. Capo est la passion d’un passionné qui participe à la vie du club. Il vient de toute classe sociale, employé, cadre d’entreprise, notaire ou avocat, entrepreneur ou architecte,  il n’y a aucune préférence… et même… pasteur! C’est super cool et surtout un bel exemple fusionnel pour la société, le club, car tous sont bénévoles.Faisant fi de ces faux supporters, casseurs de chaises et de vitrines, vous le spectateur du prochain match de votre choix, regardez, observez le virage préféré de vos supporters décorés aux couleurs de votre club, sans a priori ni critiques et certainement vous entonnerez avec eux… les chants du KOP! Bon spectacle… mais surtout bon match!