Huissier et greffier : postes vacants à Ropraz

Paul-Maurice Gilliéron, ancien greffier  |  Cette année, notre assemblée porte bien mal son nom: en fait de « générale», ce n’est qu’une «petite assemblée ordinaire » qui n’a réuni que 20 membres, Conseil compris, sur les 141 que compte l’effectif. 31 membres s’étaient aussi excusés, des Brigands du Jorat pour la plupart, car cette année, le Jour des Rois était aussi leur premier vendredi de stamm… Nous avons évoqué la mémoire de trois membres et amis disparus: Jean-Pierre Jaunin de Ropraz, ancien membre du Conseil, décédé le 1er février 2016, Michel Ecoffey de Ropraz, huissier durant de nombreuses années, le 8 mars, et Fernand Cherpillod de Vucherens, le 26 octobre.

En tête des activités: la fête. Les 17 et 18 juin, la météo décidait de lâcher petit à petit bottes et parapluie, et c’est une fête réussie en tous points qui a «passé entre les gouttes». D’abord au stand des Maraîches, 85 tireurs se sont appliqués «à planter» à la bonne place, du moins pour les meilleurs… 2986 cartouches! Parmi eux, citons les Roy et Vice-Roy de la cible ABBAYE, Marcel Ries, 455, et Philippe Jordan, 436; au coup centré, Bernard Séchaud, 100 (app. 94–74); cible ROPRAZ, Jean-Daniel Savary, 828 (app. 269-268); cible ANNIVERSAIRE, Michel Vaucher, 262 pour 260, Au TIR DES ENFANTS: 23 y ont participé et le Roy fut Valentin Porchet, 48 (app. 10-10-10 etc.). Notre major de table, Jean-Daniel Savary fut efficace et apprécié, tout comme la musique de fête «La Mérinette», fanfare «d’anciens», la seule disponible en ce jour où toutes les musiques étaient à la Fête fédérale à Montreux.
Une délégation a même accepté d’accompagner le cortège, en dérogation du contrat signé! Bravo et merci. Notre invité d’honneur, Laurent Flutch, a su nous dire avec humour et respect quant même «qu’il y en a point comme nous». Durant le banquet, ont aussi pris la parole Valérie Ramuz, syndique sur le départ, ainsi que Nicolas Merminod, pasteur, et Daniel Ruch, député.

Samedi 5 novembre, ce fut le loto organisé avec la Jeunesse et la Gym Hommes, un loto «nouvelle formule»: le samedi soir seulement en lieu et place des dimanches après-midi du passé, avec à l’arrivée, une meilleure participation et des gens heureux. Il sera en principe reconduit le samedi 4 novembre prochain: surveillez le pilier public! L’ordre du jour comportait aussi l’approbation des comptes, (mais je ne vous en dirais rien…) Il a été aussi décidé de maintenir la cotisation annuelle à 45 francs. Cette assemblée restera inachevée: il n’a pas été possible de nommer un Conseil complet de 7 membres, ni de trouver un nouvel huissier pour remplacer Christian Knuchel après 12 ans de dévouement. Au Conseil, c’est le greffier, Paul-Maurice Gilliéron, qui pose sa plume après 10 ans, mais surtout parce qu’il en a 76 et une santé aléatoire. Nous ne lui avons toujours pas trouvé de remplaçant, malgré de nombreuses personnes approchées. L’espoir était de la trouver ici, d’où la question: Y-a-t-il un membre ici présent intéressé ? Jérôme a beau être rassurant quand au partage du travail, au dossier informatique laissé par Popol complet et à jour… Popol a beau avoir rajouté une pub d’enfer en disant tout le plaisir qu’il a eu à tenir ce poste et surtout l’esprit d’équipe et l’amitié partagée. La bonne personne n’était visiblement pas présente ce soir. Une fois trouvée, bientôt c’est sûr, elle fonctionnera ad intérim jusqu’à sa nomination le 6 janvier 2018. Pour ce soir, c’est donc un Conseil incomplet qui est confirmé dans sa fonction à l’unanimité: Jérôme Porchet, Stéphane Porchet, Pascal Stucki, Frédéric Schreiner, Bernard Séchaud et Jean-Charles Jaunin. L’abbé-président, Jérôme Porchet, est lui aussi réélu par acclamations. Le greffier sortant, déçu de devoir laisser une chaise vide, espère pourtant qu’elle sera très bientôt occupée, puisque l’on dit que «personne n’est irremplaçable». Une Abbaye réunit des «Frères d’armes», donc des amis que l’on doit aider lorsqu’il le faut. C’est en mon nom que je termine ce dernier article pour mon Abbaye, en disant merci à tous d’avoir été indulgents pour mes quelques boulettes et oublis: promis, je n’en ferais plus!