Hommage – Salut Calvo !

Ta famille | Salvatore est né en Sicile le 21 août 1943. Il était le troisième enfant d’une fratrie de quatre. Son enfance se déroula dans une vie simple où les enfants devaient trop tôt aider leurs parents en travaillant. Salvatore a connu ce qu’était le travail dès son plus jeune âge. Jeune assez rebelle, son passe-temps préféré avec ses amis était de jouer aux cartes ou de jouer au foot dans les rues de son quartier. Peu après l’armée, vu le manque de travail en Sicile, il décida de tenter sa chance en Suisse, avec l’aide de son cousin Andrea déjà installé. C’est en train qu’il arriva à Lausanne en 1967 après avoir passé le contrôle sanitaire qu’aucun immigré de l’époque n’a pu oublier. Avec en poche un contrat de travail dans une entreprise de maçonnerie et une chambre dans une ferme à Vuibroye où il était le premier à donner un coup de main au paysan. Quelques années plus tard, lors d’un retour en Sicile, il rencontra sa jolie Joséphine. Ils décidèrent ensemble que ce serait pour la vie et se marièrent en 1971. Une année plus tard naissait Giovanna et en 1974 naissait Angelo. Les années s’écoulèrent entre son travail de maçon et ses multiples jardins dans des fermes de la région où tout poussait car le travail de la terre n’avait pas de secret pour lui. Toujours prêt à rallonger ses journées de travail par divers petits travaux de maçonnerie que les gens de la région lui demandait. On ne pourrait parler de Salvatore sans évoquer sa passion pour le foot et plus particulièrement pour le club de la Juventus. Les gens qui l’ont bien connu ne manquaient jamais l’occasion de le charrier après une défaite ou de le féliciter après une victoire, provoquant souvent des discussions bien animées. Supporter de l’AS Haute-Broye encore, et malgré la maladie s’il le pouvait, il allait au bord des terrains pour encourager les jeunes de notre région. En 2016 après une vie heureuse, le drame de perdre son fils Angelo suite à une maladie frappa Salvatore et Joséphine. Comme la vie devait continuer, leurs petits-enfants étaient leurs rayons de soleil. Sa vie s’écoulait désormais tranquillement. Quel bonheur encore l’été dernier de passer ses vacances en famille en Sicile et quelle fierté pour lui que son petit-fils Antoine fasse le voyage en bus avec lui, durant 24 heures. Mais la maladie était déjà là depuis quelques mois, malgré les traitements, il a fallu se résigner que l’heure du départ allait arriver. Salvatore nous a quittés trop rapidement, après seulement quelques jours d’hôpital, entouré de l’amour des siens. Salvatore a tout réussi. Il a réussi à être tellement unique que tous ceux qui l’ont connu garderont de bons souvenirs et de belles anecdotes avec lui. Il aimait sa famille, il aimait la vie! Bon voyage, salut Calvo!