Grande première 2020 à Oron-la-Ville !

Pour la 74e édition du Tour de Romandie

Bertrand Duboux. |. Comme Ferdi Kübler en 1951 (trois succès sur quatre), Primoz Roglic a profondément marqué de son empreinte le Tour de Romandie 2019 avec trois victoires d’étape et un nouveau sacre devant ses deux plus coriaces adversaires, qu’il a copieusement dominés: le Portugais Rui Costa (ex-champion du monde et triple vainqueur du Tour de Suisse) et le Britannique Geraint Thomas, lauréat du dernier Tour de France! Un magnifique podium qui fait la joie de Richard Chassot, toujours plus confronté dans son rôle d’organisateur aux épreuves du World Tour qui montent en puissance année après année et constituent désormais une concurrence redoutable pour l’épreuve romande. Avec une participation moyenne cette année, il était difficile de faire mieux. La supériorité de Roglic (30 ans) témoigne de sa forme avancée qui devrait en faire, avec Nibali et Dumoulin, l’un des grands protagonistes du prochain Giro d’Italia. Quant à Geraint Thomas, il n’est pas encore au mieux mais il a tout de même relancé sa saison en prévision du rendez-vous de juillet prochain. Si cette 73e édition a confirmé les qualités du jeune grimpeur français David Gaudu (22 ans), ex-lauréat du Tour de l’Avenir, elle a surtout permis au grand espoir suisse Stefan Küng de s’illustrer une nouvelle fois devant le public romand et de signer un troisième exploit en solitaire après Fribourg (2015) et Bulle (2017). Coup de chapeau également à l’équipe de Swiss Cycling qui a su profiter des circonstances pour se mettre en évidence chaque jour avec Claudio Imhof, Roland Thalmann et surtout le Valaisan Simon Pellaud, lequel a payé de sa personne comme jamais pour ramener à Genève le maillot de meilleur grimpeur! C’est plus inquiétant au niveau du classement général et les Pascal Richard, Laurent Dufaux et compagnie ne sont pas près d’être remplacés…

Oron-la-Ville, ville de départ du TdR 2020

Pour Richard Chassot, les apparences sont sauves. Place désormais à 2020 avec l’attribution du prologue à Oron-la-Ville! Une grande première pour la petite cité vaudoise, souvent sur le passage de la course depuis 1947 et qui offre à chaque fois aux suiveurs l’image imposante de son magnifique château savoyard. Jamais encore le Tour de Romandie n’y avait planté son chapiteau, mais le patron a bien compris qu’il est aussi possible désormais de créer l’événement loin des grands centres urbains. Les championnats du monde 2020 ayant été attribués au Chablais, entre Aigle et Martigny, l’une des étapes du Romandie servira à tester le tracé dessiné par les initiants pour toutes les catégories (juniors, dames, M23, pros). Un test grandeur nature autour de Martigny, sur un circuit fermé et jugé très difficile, avec notamment l’ascension de la petite Forclaz (4,5 km à 10-12 %). Pour les organisateurs, l’occasion de corriger les défauts du dispositif et, pour les coureurs, l’opportunité de prendre ses repères avec six mois d’avance. Cela devrait valoir une très belle participation à l’épreuve romande, laquelle a dû réduire quelque peu la voilure cette année pour équilibrer son budget suite au retrait de trois gros partenaires à fin 2018. Pour Richard Chassot (qui a renouvelé son contrat d’organisateur jusqu’en 2024), l’avenir immédiat est assuré. Avec soulagement, il a vu le sponsoring du maillot jaune être repris par le fromager Le Maréchal, lequel a signé pour deux ans supplémentaires, tout comme la Banque du Léman s’est engagée pour trois autres années. De bonnes nouvelles dans un contexte économique difficile.