« BlacKkKlanzmann »

« BlacKkKlanzmann » De Spike Lee

Colette Ramsauer. |. S’appuyant sur une aventure réellement vécue, le réalisateur américain Spike Lee signe un film captivant et bien construit sur la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Pour les rôles principaux, le cinéaste a fait appel à l’acteur John David Washington, fils de l’immense Denzel Washington et à Adam Driver, très médiatisé depuis son apparition dans les épisodes de Stars Wars, dans Don Quichotte 2018, de Terry Gilliam ou encore dans Silence 2016 de Martin Scorsese.

Mission périlleuse

L’histoire se passe en 1978. Alors que la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis bat son plein, Ron Stallworth devint le premier officier noir américain de la Police de Colorado Springs. Certains agents non gradés du commissariat l’accueillirent avec hostilité, mais rien ne freina son obstination. Il avait décidé de faire bouger les choses.  Persuadé qu’il est né pour cette profession, Ron Stallworth incarné par John David Washington, accepte une mission périlleuse: s’infiltrer dans le Ku Klux Klan, afin d’en saboter les rassemblements et d’en dénoncer les crimes. Contactant les différents membres du clan par téléphone ou par courrier uniquement, il finit par entretenir une relation privilégiée avec «The Grand Wizard» du clan, un David Duke (Toper Grace) enthousiasmé que Ron soit radicalement en faveur d’une Amérique blanche. Lorsque la présence physique de Ron est absolument nécessaire, il envoie son collègue blanc Flip Zimmermann incarné par Adam Driver, le remplacer. Les choses se gâtent le jour de son assermentation au clan.

Rien ne semble changer

Spike Lee (1957) a constamment abordé le racisme aux Etats-Unis au cours de sa carrière, avec entre autres Do the Right Thing (1989) L’homme de l’intérieur (2006). Malgré la gravité du sujet, le réalisateur réserve toujours une part d’humour dans le scénario faisant parfois dans la comédie musicale comme avec Chi -Raq en 2015. Pour « BlacKkKlanzmann », concluant l’incroyable aventure de Ron Stallworth, le réalisateur revient sur les affrontements de Charlottesville en 2017. On se rend compte en revenant sur ces images que, malgré le passage d’un président noir à la Maison Blanche et les efforts de certains, rien ne change.  Le film de Spike Lee que tout le monde veut voir servira-t-il à la lutte contre le racisme?

Primé à Cannes et Locarno

Cette année, BlacKkKlanzmann a remporté le grand prix du jury de Cannes et à Locarno tout récemment le prix du Public 2018. Ce film important souffre  cependant d’une erreur de casting. L’acteur principal a de la peine à convaincre, tout comme l’actrice Laura Harrier, premier rôle féminin. Le thème porté par l’acteur Adam Driver et les seconds rôles l’emporte largement.

«BlacKkKlanzmann» de Spike Lee, USA 2018, 135’

Avec Adam Driver, Jasper Pääkkönen, Toper Grace et David Washington

VO âge légal 12-14 ans

Sortie à Oron le 5 septembre