«Quand j’étais Cloclo» -Souvenirs de paillettes et de n’importe quoi

«Quand j’étais Cloclo» Documentaire, biopic de Stefano Knuchel

«Mon père était un escroc et j’ai passé mon enfance avec la police à nos trousses jusqu’à ce qu’il soit arrêté en 1981 à Marseille. Ma famille a survécu à l’alcoolisme, la prison, les drogues, à la fraude et à la dépression. Mes deux frères et ma sœur ont chuté, ma mère a demandé la séparation et mon père en est mort. A ce moment, je me suis rappelé comment belle était la vie lorsque j’étais Cloclo»

Famille en errance

Colette Ramsauer  |  Le réalisateur tessinois Stefano Knuchel porte à l’écran ses souvenirs d’une famille sur les routes de Suisse et d’Europe. Avec ses frères et sa sœur, il a passé plus d’heures sur la banquette arrière de la voiture familiale, à fuir huissiers et policiers, que sur les bancs d’école. La fratrie squattait dans les cuisines des night-clubs ou des bars que leur père arnaqueur sympathique sans scrupules a tenus à cour terme au Tessin, sur la Côte d’Azur, en Espagne. Leur mère, qui suivait aveuglément son mari, était fan de Claude François. Lors des cocktails qu’elle organisait, le petit Stefano déguisé en Cloclo entonnait ses chansons pour les invités.

CV surprenant

Né au Tessin en 1966, Stefano Knuchel a étudié la musique, la récitation, la danse, surtout en autodidacte. Il obtient un diplôme de Conservatoire de musique en 1987. Un an plus tard il devient animateur à la RSI, puis présentateur du journal culturel à la TSI. Il compose de la musique pour le théâtre et la télévision. En 2016, dévoilant ses souvenirs de famille dans les années 70-80, il tourne un film courageux sur sa famille, puisant dans les photos jaunies et les films super8 et visitant des lieux qui l’ont marqué. «Quand j’étais Cloclo» est son sixième documentaire.

«Quand j’étais Cloclo», CH 2016, 105′, version italienne sous-titrée, 16/16

Documentaire, biopic, de Stefano Knuchel

Sortie le 30 mai Cinéma d’Oron le 31 mai, 2 et 4 juin