«Pape François – Un homme de parole» – Habemus Papam plus ultra

«Pape François – Un homme de parole», un documentaire de Wim Wenders

Colette Ramsauer  |  C’est la troisième fois que le Pape François fait l’objet d’un film. Wim Wenders n’en a pas fait un biopic. Dans son documentaire, le cinéaste démontre la popularité du Pape François, 82 ans, parmi ses fidèles du monde entier, les plus démunis, les hommes politiques, les scientifiques, les dignitaires d’autres religions. Au Vatican, il lui donne la parole face à sa caméra.

Wim Wenders et le pape François, une belle rencontre

Adresses, voyages et fiction
Dévoilant son projet en 2017, le réalisateur allemand déclarait: «Le Pape François est un exemple vivant d’un homme qui tient sa parole. Dans le film, il parle directement au spectateur, très honnêtement et spontanément». Le cinéaste n’a pas suivi le souverain pontife à la trace. Des archives du Vatican, il a eu droit à des images exclusives de voyages papaux à travers le monde.
Le film débute au centre de l’Italie avec la vision d’un drone nocturne dans les collines de l’Ombrie, une vue à couper le souffle sur la ville d’Assise. Le réalisateur (de Paris, Texas et Les Ailes du Désir) s’autorise des parenthèses, flashes sur la vie de Saint François (1182-1226). Emplies de  l’humour subtil qu’on lui connaît, des séquences noir/blanc dans un décor bucolique laissent apparaître le saint illuminé par la parole divine lui demandant de changer le monde en prêchant l’amour du prochain, le partage et le retour à la nature. Déjà.

Humble et atypique
Le pape d’aujourd’hui exhorte à un retour aux sources de ces mêmes fondements.
Homme de réconfort, humble et atypique – qui a renoncé à la limousine de luxe et qui porte une Swatch à son poignet – le Saint-Père dans ses voyages dénonce les injustices sociales, le pouvoir de l’argent, le marché des armes, aborde de front les thèmes du chômage, de la drogue, de la surconsommation. Dans le processus de changement vers un monde meilleur, il est le premier pape à signer une encyclique ( Laudato si) traitant des questions liées à l’écologie, visant à «la sauvegarde de la maison commune».

Parfois sans paroles
Wim Wenders – trois Oscars pour documentaires – projette des images d’actualité sur la façade de l’église Saint-Pierre à Rome, puis montre le pape voyageant de par le monde, de Buenos Aires sa ville natale au Mur de Jérusalem, d’un centre pédiatrique au Bangui à la Maison Blanche, d’une prison napolitaine à un conférence de presse dans un avion d’Alitalia; à des points chauds de l’actualité, comme aux Philippines ravagées par la tempête, où face à une foule de sans-abris, le père jésuite pragmatique qu’il est resté avoue ne pas trouver les mots de réconfort.
Dans le sens des prédications transmises aujourd’hui du Vatican sur smartphone, il invite à l’ouverture aux émigrés, à la non discrimination des gays, à la complémentarité homme/femme, et condamne fermement la pédophilie. On aurait voulu l’entendre aborder les thèmes du mariage des prêtres et du sacerdoce des femmes, de la contraception, de l’avortement.
Filmé en gros plan, face au spectateur, il lui donne des clés pour surmonter ses difficultés. Il est pleinement convaincant lorsqu’il rappelle l’importance du sens de l’écoute et d’un certain sens de l’humour.

Post Scriptum
Le 21 juin (2018) prochain, Pape François sera en visite à Genève pour ce qui est présenté comme un pèlerinage œcuménique, sur la voix de l’unité. Il restera en Suisse pour une dizaine d’heures. Un voyage éclair de plus pour l’actuel évêque de Rome fort sollicité, attendu très prochainement au Maroc.

«Pape François – Un homme de parole»
Documentaire historique de Wim Wenders 2017, I,CH,D, F,
96’ vost, 6/10 ans
Au cinéma d’Oron dès le 14 juin

Un film de Wim Wenders