FVJC

Les Jeunesses campagnardes vaudoises inaugurent l’année de leur 100e anniversaire les lattes aux pieds et dans la bonne humeur pour leur première sortie. Faute de neige sur les pentes de Lavaux, il leur a fallu se résoudre à rejoindre les Alpes vaudoises qui apparemment leur ont fait bon accueil. A Palézieux, la toute récente nomination pour organiser le Rallye 2020 brille encore dans les yeux des ex-candidats… Ils fourbissent pourtant leurs armes et préparent un logo fédérateur en même temps qu’ils avancent sur leur programme. Ce dernier n’est pas encore publié, mais nous y reviendrons dans le détail.A Savigny, les travaux pour la 100e ont bien avancé mais se retrouvent en sommeil. La neige qui recouvre la plaine dédiée à cette fiesta ne leur fait sans doute pas peur mais autant travailler dans le fun quitte à mettre les bouchées doubles dans quelque temps. Cette fête ne manquera pas de faire parler d’elle en temps voulu et, encore une fois, nous y reviendrons largement. Le compteur en bord de route égrène déjà le décompte patiemment mais sûrement… 2019 est encore teenager, mais nous pourrons compter sur cette nouvelle génération pour ne pas se faire oublier cette année ! Loin de moi l’idée de pontifier, mais au risque de dévoiler mon côté vieux schnock, il me faut toutefois admettre que les jeunesses de tous bords, campagnardes, urbaines, partisanes ou individuelles font un peu plus que les gros titres ces derniers temps. Sur tous les terrains, leurs initiatives se font remarquer. Que nous choisissions de les accompagner ou de les contrer, nous ne pouvons plus parler de « Génération bof ». Leur engagement est indéniable et promet de belles empoignades, même en leur sein.

Une lueur apparaît…

En ces temps de pessimisme à tout crin, où les extrémismes font flores et où le climat devient menaçant, l’avenir appartiendrait à l’adage punk du « No future ». Oublions un moment cette vision globaliste et ouvrons les yeux sur notre proximité immédiate : de belles énergies existent qui doivent être félicitées. Dont acte. Votre hebdomadaire n’ayant pas encore recruté d’envoyé spécial à Tokyo, il ne présente «que» ce qui se passe chez nous, mais soyons en sûr, d’autres journaux se font déjà l’écho de ces petites gouttes locales qui feraient, semblerait-il, les océans…