Fête des vignerons et Patois vaudois

Les prémices d’une célébration

ML | Un culte célébré au temple Saint-Martin de Vevey a marqué en toute simplicité et discrétion l’envol de la Fête des vignerons 2019. Paroissiens, patoisants, paysannes vaudoises, membres du Costume vaudois se sont donné rendez-vous pour ce clin d’œil à l’illustre manifestation connue dans le monde entier. Préalablement à ce culte, une collaboration s’était établie entre le Conseil de la paroisse réformée de Vevey et l’Association vaudoise des Amis du patois (AVAP). Les patoisants se sont en effet sentis tout désignés par cette célébration car, des siècles durant, le patois a été le langage des Vaudois et certains pasteurs – tel le pasteur Alfred Cérésole dont un monument perpétue la mémoire sur la terrasse du temple Saint-Martin, sa paroisse – ont utilisé ce parler pour rendre plus accessibles à leurs paroissiens les textes de la Bible et de l’Evangile. Remarquons que, de leur côté, les anciennes Fêtes des vignerons des XVIIIe et XIXe siècles comportaient aussi des chants en patois vaudois.

Culte de célébration

«Ora et labora», c’est avec cette devise des bénédictins de Haut-Crêt – devise reprise par la Confrérie des vignerons – qu’a été introduit ce culte de célébration 2019, présidé par le pasteur Christian Pittet. Au cours du service, les patoisants ont lu en patois les textes mettant en particulier en exergue les trois éléments essentiels, le pain, le vin et le sel. Les assistants non patoisants disposaient de la traduction en français par le biais d’un fascicule facilitant le suivi et la compréhension du service. La chorale «Lè Sansounet», dirigée par Pernette Debétaz, et le groupe vocal «Acratopège», sous la conduite de Christine Niggeler, ont interprété des chœurs en patois, délicatement soulignés à la vielle à roue par Marianne Niggeler, l’orgue étant tenu par Pierre-Alain Clerc.

Après-culte

Prolongeant le service religieux s’est déroulée une partie populaire sur la terrasse alentour de Saint-Martin. Au cours de cette partie, l’assistance a eu le privilège d’entendre Bernard Rinsoz interpréter «La tsanson dâo tserroton» de la Fête des vignerons de 1905 de même que le groupe «Acratopège», l’Association cantonale du Costume vaudois réjouissant pour sa part le nombreux public de plusieurs danses de son répertoire. Lors de la partie oratoire, le président de l’AVAP, Rémy Lambelet, a remercié chaleureusement les autorités communales et cantonales, les participants, en tête celui qui a tout mis en œuvre pour la réussite de ce culte d’actions de grâces, Henri Niggeler, archiviste et historien de l’AVAP. Présent, François Margot, abbé-président de la Confrérie des vignerons, exprima à son tour sa joie de sentir dans cette célébration les heureuses prémices de la Fête à venir qui, tel un fruit parvenu à maturité, ne demande qu’à être cueilli. Alors, que la Fête soit belle! et que la liesse soit partagée par tous à Vevey! Qu’elle réunisse dans le même incubateur vignerons, musiciens, figurants, concepteurs et spectateurs et tous ceux qui échangent un clin d’œil complice et perpétuent dans leur quotidienneté la devise bénédictine «Ora et labora»!