Est-il un plus riche patrimoine que le vignoble vaudois ?

Il existe, à la sortie du tunnel de Chexbres, une vigne qu’on appelle « vigne à billets » parce que, semble-t-il, à une certaine époque, les Confédérés d’Outre-Sarine, saisis par le spectacle du Léman qui s’offrait à leurs yeux, jettaient par la fenêtre du train leur billet de retour…

Le Vaudois est fier de son vignoble. Photo: Encyclopédie de la Suisse

Gérard Bourquenoud  |  Ce n’est qu’une histoire dont on serait bien en peine de prouver la véracité. Elle exprime, pourtant, bel et bien, une réalité: le bassin lémanique non seulement exerce un attrait indiscutable sur les Suisses et les touristes de l’étranger, mais avec sa diversité, sa poésie et sa beauté, il incarne un magnifique fleuron du Pays de Vaud, sans pour autant en constituer – géographiquement parlant – la plus grande partie. Que serait Lavaux sans les vignes soutenues par des kilomètres de murs de pierres !

Longtemps reconnu comme « pays de l’agriculture » – qui occupait 50% de la population du canton de Vaud il y a plus d’un siècle – il englobe également le  vignoble qui s’étend sur 3878 ha (30% de la surface suisse et deuxième surface viticole cantonale après le Valais). Il représente une richesse économique non négligeable pour le canton  de Vaud qui compte près de 800’000 habitants. Ce vignoble se divise en huit AOC dans six régions bien distinctes avec un vaste assortiment de cépages. Citons le Lavaux, de Lausanne à Chillon (921 ha), La Côte,  de Lausanne à Nyon (2007 ha), le Chablais de Villeneuve à Bex (590 ha), Montagny-sur-Yverdon et Concise (195 ha), La Côte de l’Orbe (167 ha), de Bonvillars (195 ha) au Vully (150 ha). Sur ces vignobles, ils se cultivent trente-sept variétés de vin blanc dont le chasselas qui occupe 61% de la surface viticole vaudoise, mais aussi le chardonnay, pinot blanc, pinot gris, doral et gewurstraminer. On y découvre également une trentaine de variétés de rouges parmi lesquels le gamay, pinot noir, gamaret, garanoir, plan Robert, mondeuse, syrah, cabernet sauvignon, servagnin et merlot. Il existe deux grands crus que sont le Calamin sur 12 ha de vignes de la commune d’Epesses et le Dézaley qui est produit sur un domaine de 53,6 ha de la commune de Puidoux.

On dit parfois des Vaudois qu’ils sont contemplatifs, qu’ils se laissent vivre dans la douceur de leurs paysages. Il y a quelque chose de vrai, même si sur le plan politique, il est allé vite en besogne  en ce sens qu’il fut le premier canton en Suisse à accorder le droit de vote aux femmes…

Avec ses magnifiques vignobles considérés comme un riche patrimoine et une agriculture qui prospère, nul doute que le canton de Vaud est aujourd’hui fort bien armé pour s’offrir un avenir harmonieux qui tienne compte, à la fois, des ressources du pays et de la diversité des régions.