Entre la roche et le vide

G.Bd  |  A une certaine époque, en particulier en hiver, il n’y avait pas d’autres solutions que de faire appel à des chevaux  et traîneaux postaux pour amener le courrier aux habitants qui vivaient dans la montagne. C’était aussi le cas en 1873 dans le massif du Gothard  situé à 2108 m d’altitude, où des touristes souhaitaient découvrir la beauté de la nature et les sommets enneigés. Pour leur transport, les cochers assumaient une immense responsabilité, car à la plupart des endroits, le chemin se faufilait entre les rochers d’un côté et le vide de l’autre. Ils devaient faire preuve de beaucoup de prudence pour éviter que les chevaux ne fassent des écarts où que les voyageurs soient pris par la peur. L’excursion réservait parfois des surprises lorsque le froid était glacial, qu’il y avait abondance de neige et qu’il fallait traverser de nombreux ponts. Sur la photo, nous voyons un traîneau chargé de courrier postal et deux autres avec des touristes.