Eh bien, densons maintenant!

Ce dimanche 10 février, nous allons à nouveau voter contre le mitage de notre joli terroir.

Le message n’étant visiblement pas bien passé, l’initiative nous demande de taper encore une fois sur ce clou déjà bien tordu. Le dégivrage matinal des pare-brises nous le rappelle, le gel est tenace. L’initiative ne promet rien d’autre : le gel de la surface des terres agricoles et celui des zones constructibles avec comme solution au cas par cas, le Tétris. Les LAT successives ont déjà mis les municipalités et les finances à rude épreuve, les débats communaux ont été souvent houleux, faut-il réellement en rajouter ? Certes notre merveilleux paysage suisse, si varié et si typique, vaut bien qu’on le protège de manière sérieuse face aux bâtisseurs qui confondent le vert des pâturages avec la couleur des billets… Toutefois, selon l’issue du scrutin, le gel pourrait revenir et le pays se figer définitivement en termes d’utilisation des surfaces. Admettons ! La protection
de la nature est à ce prix. Mais la population continue pourtant d’augmenter. Ces dix
dernières années, la Suisse a gagné 1 million d’habitants, alors que les deux dernières décennies voyaient une croissance de moitié. La solution serait donc de densifier les centres urbains. Et c’est là que le bât blesse ! Depuis Mathusalem – ou son père – nos villes et villages sont régulés en nombre d’étages par des lois et des habitudes. Charmants bourgs et bourgades où le géranium trône, emblématique. Une image d’Epinal bien de chez nous. Mais voilà, la loi est la loi, il faudra construire en hauteur…  A voir les débats qui ont fait rage tant à Lausanne qu’à Genève sur ces projets de tours qui gâcheraient la bucolique vue sur un paysage protégé, ce n’est pas gagné ! Sauf à figer la démographie en promulguant le gel des naissances et de l’immigration. Tout un programme… Votons!