Ecole: visite de la police

Aujourd’hui on a eu la visite de la police. On se réjouissait de voir un policier de tout près avec son pistolet, ses menottes, sa matraque, ses rangers et tout et tout. Quand on l’a vu, on était vachement déçu. Il avait juste les cheveux courts, un Tshirt bleu écrit police mais en tout tout petit et une mallette. Il nous a montré des images avec une baguette et on devait dire si le vélo faisait juste sur la photo. Au début, c’était facile, mais après on devait s’imaginer dans l’autre sens sur les photos. Coralie a pleuré parce qu’elle pouvait pas tourner quand elle a dit qu’elle pouvait tourner, mais c’était pas facile de se contorsionner juste. Le policier a expliqué qu’il y a des stops qui sont pas ronds, pas carrés, pas triangles, mais que c’est comme des ronds et que les ronds, c’est interdit. Je comprends mieux pourquoi papa et maman sont jamais d’accord avec les ronds. Je leur parlerai des stops. Marco a dit que de toute façon c’était nul ces images, parce qu’on est trop petits pour venir à l’école à vélo et qu’on vient à l’école en trotte mais que quand il sera grand, il viendra à l’école en Ferrari. Le policier a dit qu’on allait parler de la sécurité et de pourquoi on devait s’attacher. Yohan a pu raconter l’histoire de son oncle qui a eu une amende parce qu’il s’était pas attaché et qu’il avait pas voulu souffler dans un ballon et après chacun a voulu raconter des histoires de ceintures et de ballons. Le policier a dit que «bonbon», ça suffisait pour les histoires. Après, il a dit «… et  maintenant mes petits zamis pourquoi on ne doit pas traverser la route en courant ?» On a tous répondu en chœur: pour pas se faire écraser! Le policier a dit que c’était pas comme ça qu’on devait dire. On doit dire pour ne pas avoir d’accident, parce qu’on est pas des tomates. Alors on a tous répété pour ne pas avoir d’accident. Et le policier était tout content. Après, on est allé lui montrer comment on sait bien traverser sauf que les filles, elles remerciaient trop les automobilistes et les garçons pas assez. Diego, il a cru qu’il fallait regarder gauche, droite, gauche, droite quand on traversait et ça nous a tous fait rigoler, sauf le policier, qui lui a dit d’arrêter de faire le clown. Diego, il est susceptible, il s’est vexé. Il a dit qu’il sera plus jamais policier. Après, on est revenu en classe et on a reçu plein de cadeaux à colorier et des chouettes règles molles à triturer dans tous les sens. Le policier a dit au revoir  mes petits zamis, à l’année prochaine, faites bien attention quand vous traversez pour… et là, on a tous hurlé: pour pas se faire écraser! Le policier, il a fermé sa mallette d’un claquement un peu sec et la maîtresse l’a raccompagné à la porte. C’est drôle, parce que d’habitude, elle fait jamais ça, la maîtresse. Il faut croire que le policier, une classe, tout seul, il sait pas bien traverser.

Nicolas, 7 ans et demi

Propos recueillis par Rosane Schlup