Deux initiatives insidieuses nous attendent

Jean-Rémy Chevalley, Municipal et député, Puidoux  |  L’initiative pour le remboursement des soins dentaires est une très mauvaise formule qui ne répondra en aucun cas aux problèmes que rencontrent aujourd’hui certains citoyens de notre canton. Cette initiative coûtera très cher à l’Etat, aux travailleurs et aux entreprises avec le risque de dégrader la qualité très bonne de la santé bucco-dentaire vaudoise. La répercussion sur l’économie sera lourde de conséquences et de plus, c’est un non-respect de la RIE 3 qui a été plébiscitée par le peuple vaudois et entrera en vigueur en 2019, elle stipule qu’aucune nouvelle taxe ne pénalisera les entreprises et les salaires durant la législature 2017-2022.

• Elle supprime le droit du choix du médecin et impose un catalogue de soins.

• Elle ne couvrira que les soins de base mais pas les traitements plus lourds ou l’orthodontie.

• Elle impose une étatisation complète du système des soins dentaires.

• Elle désensibilise l’opinion sur la nécessité constante d’un entretien journalier de la dentition.

Aujourd’hui, 70’000 personnes reçoivent une aide pour les soins dentaires, le canton paie environ 27 millions par année, les communes participent également dans le cadre des contrôles scolaires et subventionnent les frais engendrés par l’orthodontie. C’est bien sur ces aides ciblées qu’il faut porter l’accent, mais généraliser, imposer et arroser ne peut que nous faire courir à la catastrophe. Il faut clairement refuser cette initiative.

 

L’initiative intitulée «No Billag» est également insidieuse, sous prétexte qu’aujourd’hui tout un chacun peut accéder à l’information gratuitement au travers du Net, il n’y a plus de raison de payer une redevance, cette idée est totalement fausse, l’information sur internet n’est de loin pas gratuite, pour circuler sur les réseaux sociaux, cette information de très mauvaise qualité, non vérifiée et balancée par on ne sait quelle source, consomme une énergie considérable tant en eau pour le refroidissement des serveurs qu’en électricité. En Suisse c’est  8% de l’énergie électrique qui est consommée par le Net et il faut bien que quelqu’un paie! La visualisation de ces mauvaises informations est toujours liée à de la publicité qui peut engendrer des dépenses bien supérieures au prix de la redevance. Nous avons la chance d’avoir, au travers de nos radios et TV, une information de qualité, des programmes de divertissement intéressants, des reportages enrichissants, des émissions locales qui mettent en valeur notre patrimoine et surtout des diffusions qui ne sont pas coupées toutes les 45 secondes par de la pub casse-pieds ! Sur le plan économique, près de 13’500 emplois dont 4000 en Suisse romande sont directement liés à la redevance, 3000 entreprises suisses sont en relation commerciale avec la RTS, les grandes manifestations, comme le festival de jazz de Montreux, le Paléo, le Cully jazz etc., sont dépendantes de la redevance au travers de l’aide octroyée par la RTS. A partir de janvier 2019, la société Billag disparaîtra, elle sera remplacée par une société zurichoise qui s’occupera d’encaisser la redevance qui sera alors à 1.-/jour et par ménage. Pour ce franc par jour, nous continuerons à avoir une information et des programmes de qualité, des organisations de manifestations qui ne seront pas mises en péril, des emplois qui seront assurés et nous contribuerons au maintien de notre santé économique. Ne démolissons pas ce qui va bien, il faut refuser massivement cette initiative.