Des femmes, des hommes et des passions: Gérald Morier-Genoud Chef de chœur

Nathalie Michlig  |  Figure de la région, après vingt ans à Ropraz, Gérald Morier-Genoud a élu domicile à Carrouge, en les murs de l’ancienne bâtisse de feu Gustave Roud, poète et photographe, depuis 7 ans maintenant. Il en est comme le gardien d’un patrimoine, d’une mémoire artistique. Il se raconte, au cœur d’une authentique cuisine où se rencontrèrent autour d’un verre, Chessex, Ramuz ou Chappaz… Gérald Morier-Genoud grandit dans un quartier populaire de Lausanne au sein d’une famille de mélomanes et de musiciens. Un papa artiste de music-hall, une arrière-grand-mère institutrice jouant de l’harmonium. En parallèle à ses études à l’Ecole normale, il fit partie des petits chanteurs de la Cathédrale et en famille, du chœur de la paroisse de Bellevaux, y créant déjà une troupe de théâtre. Puis un premier poste d’enseignant à Carrouge le fit s’établir dans le Jorat.

Homme ouvert et curieux, aimant tisser des liens avec les gens, s’engager et participer à la vie associative, faire vivre les communautés villageoises, Gérald Morier-Genoud cultive de multiples activités chorales et théâtrales en parallèle à sa vie professionnelle. Au chœur du Théâtre du Jorat, comme ténor pour une opérette avec le chœur mixte de Carrouge, puis il intégra les rangs de celui-ci. Jamais il n’avait prévu d’œuvrer comme chef de chœur, cependant les choses de la vie l’y emmenèrent. Durant 25 années, fut chef de chœur de la chorale de Dompierre, puis dès 1992, du chœur mixte de Carrouge, riche de 70 choristes. Comme il nous le raconte, il se sent investi d’une mission, celle de se mettre au service de l’autre, d’une société, de l’art choral. D’enseignant, il devint directeur, encore une fois les choses de la vie l’y ayant emmené tout simplement. Humble, altruiste, douceur et bienveillance en émanent. Des dons innés qu’il partage et fait circuler, entre l’enseignement et le chant, la photographie et le dessin. Cherchant l’harmonie que ce soit avec ceux qui l’entourent, au sein des chœurs ou du groupement scolaire qu’il dirige. Fin pédagogue et talentueux médiateur, un calme intérieur qu’il cultive à travers la méditation et la spiritualité ou en se ressourçant au jardin. Un état d’esprit positif, il a cette confiance que les choses de la vie s’arrangent toujours. Engagé et passionné, il va jusqu’au bout de ses idées, se donnant sans compter. Lorsqu’il déchiffre les partitions, il se met au piano, puis une écriture musicale apparaît. Entre accords et lignes mélodiques, pour quatre voix, soprano et ténor, alto et basses, il œuvre à harmoniser les voix afin qu’elles se complètent et s’équilibrent. En fonction des lieux, de l’acoustique ou de la météo les voix fluctuent. A chaque fois retrouver la ligne musicale, entre pose de voix et échauffements, respiration et mouvement du diaphragme. Osmose des voix, au diapason les unes des autres. Chaque chef de chœur donnant son empreinte, une identité. Il aime à emmener le chœur qu’il dirige avec sensibilité, afin que chacun puisse donner le meilleur de lui-même et transmettre émotions au public, et offrir ainsi un moment d’évasion.

Chaque année, il aime à se laisser inspirer par un thème, un cabaret, une opérette, une comédie musicale ou un répertoire populaire. Alchimie de théâtre et de chants. Création unique de textes et de musique. De Starmania à Mamma Mia, en passant par Le Silence de la Terre, une palette de spectacles, de précieuses et inoubliables collaborations. Il emmène le chœur mixte de Carrouge sur les scènes du Jorat et d’ailleurs. Des projets et des opportunités, de l’originalité, entre exigences, rigueur et persévérance, il dirige son chœur avec une main de maître, avec patience et justesse.

Comme l’a écrit Hubert Reeves : La musique nous donne accès au cœur du monde. Gérald Morier-Genoud nous y emmène de tout son être. Plus d’infos sur www.choeurmixtedecarrouge.ch