Découvrez la prodigieuse mécanique d’un piano

Colette Ramsauer |  Dans le cadre des journées européennes des métiers d’art des 15, 16 et 17 avril, l’atelier de Matthias Maurer, facteur de pianos à Puidoux, s’ouvre au public. Une première pour l’artisan qui présente la mécanique du roi des instruments à cordes, et pour l’occasion prévoit un intermède musical, pianiste au clavier. Visite à la veille de l’événement.

Réparation, accordage
Dans le quartier industriel du Verney à Puidoux, Matthias Maurer, facteur de pianos, a trouvé un espace clair et tranquille, suffisamment grand pour pratiquer son métier, où de volumineux instruments attendent réparation ou départ en fonction. Son travail s’effectue souvent au-delà de l’atelier. Responsable de l’entretien des pianos de l’EJMA, de l’HEMUL, à la RTS, au Montreux Jazz, d’autres salles et églises, qu’il répare et accorde, il pourvoit aussi des pianos qu’il loue sur le lieu de concert. «Ces interventions demandent une grande flexibilité» dit-il. «Un piano dans une église, par exemple, doit être repris rapidement pour faire place à une cérémonie, dans l’heure qui suit.»

Extrêmement technique
«On ne pratique pas ce métier par hasard, il faut être dès le départ passionné par l’instrument, sentir sa matière et son milieu. Dans cette activité, tout le monde se connaît», nous dit Matthias Maurer, lui-même fils de facteur de pianos. «Le métier est extrêmement technique. Absolument tout se calcule. Une mécanique de bras de levier faite de réglages, codes mais liés à un côté subjectif, celui de la perception, du ressenti. Je ne me considère pas comme un artiste, mais bien comme un technicien au service des musiciens.»
Lors de concerts, au même titre que le technicien du son ou la personne à l’accueil, son activité appartient à un ensemble de services. «L’essentiel, c’est que le musicien se sente bien. On travaille tous main dans la main.»

Chez les plus grands
Parcours: Matthias Maurer apprend son métier chez Ambrosius Pfaff à Locarno. Après obtention du CFC, il élargit ses connaissances auprès des plus grands: Steinway& Sons à Hambourg et Bösendorfer à Vienne, puis pratique chez Hanlet à Paris, Hug à Lausanne, Le Clavier à Montreux avant de se mettre à son compte en 2012 dans l’atelier de Puidoux.

Visites sur inscription
La manifestation des JEMA, soutenue par l’entreprise Vacheron Constantin et par l’Etat de Vaud, donne l’occasion cette année de rencontrer dans leur atelier 40 artisans du canton, de saisir «leur goût du beau, leur quête d’excellence, leur intelligence de la matière et le sens qu’ils donnent à leur travail.» Dans notre région, Nadia Cuénod, costumière à Cully; Vincent Desmeules, ferronnier à Ropraz; Raymond Meyer, taille-doucier; Eva et Jean Piaget, doreurs encadreurs à Lutry; plus une vingtaine d’artisans entre Lausanne et Montreux.

Réservations sur inscription uniquement: http://www.journeesdesmetiersdart-vaud.ch