Décès d’Ariane Gilliéron

Nicolas Bichovsky | Ariane Gilliéron est décédée le 3 octobre dernier. Elle s’est endormie paisiblement dans sa 71e année en son domicile de Vuibroye au terme d’une vie de souffrances partagées émotionnellement par sa famille.   Ariane était l’épouse de Gérald, décédé en 2010 après avoir lui aussi lutté des années avec courage et dignité contre la maladie. Ils s’étaient mariés en décembre 1966 et sont devenus parents de Blaise et Yves, puis grands-parents de Marc et  Alicia, Aurélie, Océane et Emilie.   Ariane fut victime en 1986, à l’âge de 41 ans, d’un grave accident de la circulation lors duquel son pronostic vital fut engagé, avec plusieurs fractures, une partie de la musculature et la rate détruites. Elle a ensuite subi, au fil des ans, 18 opérations lors de fréquents séjours hospitaliers, en gardant une folle envie de survivre avec son caractère de battante. Elle était stoïque, toujours motivée à lutter encore plus, mais demeurait un rayon de soleil pour sa famille qui était aussi son refuge. Il y a 15 jours, on lui découvrait une tumeur sous un bras. Cela a signifié pour elle l’impossibilité de se déplacer avec ses cannes. Elle a gardé sa lucidité dans son corps en perdition, s’est sentie blessée de devenir dépendante.  Jeune mariée de 21 ans, en arrivant en Crépillaud, Ariane se sentit méprisée par sa belle-maman. Lorsque les rôles se sont inversés, elle a pris à cœur de développer des liens privilégiés avec ses belles-filles: garder le contact, partager un café souvent, en papotant, prendre soin des enfants, les aider à lire. Elle vivait dans un appartement de la ferme familiale dont le rural fut entièrement détruit par un incendie en automne 2012, qui l’a beaucoup affectée. Yves et son épouse Anne-Marie habitent à proximité immédiate. Un magnifique jardin potager fleuri relie les deux habitations; Ariane en était la reine et la fée. L’automne venu toute la famille participait au tressage des couronnes d’oignons accompagnées de fleurs séchées qui ont participé à la notoriété de la rituelle foire automnale d’Oron-la-Ville. Elle s’est toujours intéressée à la ferme. Tant qu’elle le put, elle tint à se rendre utile, à faire des repassages, participant à toutes les tâches à sa portée et se tenant au courant des travaux agricoles en se réjouissant de voir la nouvelle construction qui vient enfin de débuter.   Ariane adorait voir ses enfants et petits-enfants jouer d’un instrument. Lors du service funèbre, répondant au vœu de sa grand maman, Marc lui a adressé un adieu musical en compagnie du groupe Leghorn Band composé de membres de l’Harmonie d’Oron. La bannière de cette société s’est inclinée respectueusement sur son cercueil. Ses petites-filles lui ont rendu un hommage poignant de larmes refoulées. Fidèle à sa terre, Ariane a voulu que ses cendres soient répandues sur le domaine familial.  Nous sommes en pensées avec la famille Gilliéron et lui présentons nos sincères condoléances.