Cully: Simon Gregory, peintre paisible

Christian Dick |  Aline Delessert tient LE 26, une boutique au 26 de la rue Davel, précisément. Ouverte depuis mars 2015, l’échoppe propose le vin de la région, des cartes postales originales reprises de vues anciennes, de poules en carton mâché créées par Béatrice Richoz-Ommeniello, des articles de seconde main et des confitures maison, entre autres. Dans un local attenant, elle expose depuis le 26 mai et jusqu’au 30 juin les toiles acryliques d’un artiste britannique résidant à Cully, Simon Gregory, dont l’œuvre s’inspire résolument du bourg et de ses rives. Certaines toiles, de personnages au bord du Léman, reproduisent un mouvement, une position, une attitude, qu’on découvrirait aussi ailleurs, sur une autre plage. Qu’importe? La situation n’est pas figée. C’est à Cully où il habite depuis trois ans qu’est née la création.

Que découvre-t-on? Des gens, debout, couchés, invariablement sur la plage ou l’herbe, déambulant, bronzant, lisant, s’exposant sur fond de lac, de Dézaley ou sous les arbres. La couleur verte domine, elle repose. On reconnaît aussi des vues, toujours de Cully. Il y reproduit des espaces de vie. Le bourg l’inspire. L’artiste a commencé par reproduire l’urbanisme, plus précisément la couleur, la vibration et la lumière des villes de New York, Londres ou Paris. Il expose la première fois à Manchester, proche de Burnley, une ville industrielle du nord de l’Angleterre où il est né dans les années soixante. L’an dernier ses toiles ont été présentées avec un collectif au Swiss Art Place, en français place suisse des Arts, à Lausanne. Il trouve à Cully où il réside une grande inspiration. Il y capture un sentiment de paix qui déborde dans ses toiles, à l’opposé de la pression qu’exerce sur son environnement son activité dans la haute finance.

Simon Gregory, peintures Galerie LE26, jusqu’au 30 juin – Ses œuvres peuvent être consultées sur un site, http://5thavenueartist.blogspot.ch.