Cully – C’est au bord de l’eau que Cyrano cette fois-ci rencontre Roxane

Anne-France Tardiveau, superbe, dans l’un des rôles clé de la pièce d’Edmond Rostand

Michel Dentan  |  Au bord de l’eau, plus précisément sur la Place d’Armes à Cully, c’est l’endroit qu’a choisi la Cie Les Exilés pour y installer le théâtre mobile de style élisabéthain, en l’occurrence une réplique en miniature du théâtre du Globe de Londres, la fameuse Tour Vagabonde, laquelle porte bien son nom, elle qui a voyagé, depuis une quinzaine d’années, entre diverses villes de Suisse et d’Europe. Et c’est au bord de l’eau également que nous avons eu le grand plaisir de rencontrer l’un des personnages principaux de la pièce Cyrano de Bergerac, en l’occurrence Roxane, incarnée par la talentueuse comédienne Anne-France Tardiveau. Une Roxane pétillante, dynamique, enthousiaste et rayonnante, qui a bien voulu accorder quelques instants à notre journal.

photographie sous copyright © michel dentan photographies – Michel Dentan (Suisse)

Le Courrier : A quel moment la passion du théâtre vous a-t-elle conquise et quel est votre parcours ?

Anne-France Tardiveau : C’est dès l’âge de 14 ans que je m’y suis intéressée, époque à laquelle j’ai commencé à suivre des stages de comédie. A 18 ans, je me suis rendue à Paris suivre une école durant un an. De retour à Montreux, on m’a demandé de donner des cours et de mettre en scène des jeunes comédiens du Théâtre du Vieux Quartier (TVQ) puis, peu à peu, on a souhaité que je joue. A la même époque, je suivais l’Ecole préprofessionnelle du Conservatoire de Genève. Après une période de 4 mois à New York, je suis revenue en Suisse, où j’ai joué avec la Cie Les Exilés. J’ai également joué au Théâtre des Trois-Quarts à Vevey ainsi qu’au Théâtre de Montreux Riviera. En même temps, j’ai débuté une carrière de speakerine à la TSR, époque dont je garde un merveilleux souvenir. Je suis d’ailleurs toujours passionnée par la télévision. J’ai travaillé notamment avec Ici TV, devenue La Télé, avec laquelle je collabore encore. J’ai notamment animé des émissions pour des enfants, ainsi qu’une émission sur les grandes tables suisses « Oui Chef » ! 

LC : Que vous apporte ce métier à titre personnel ?

AFT : Cela m’apporte un plaisir énorme et je me dis que j’ai beaucoup de chance de pratiquer un métier qui est pour moi une véritable passion. J’ai une immense confiance en la vie et en ce qu’elle nous offre. 

LC : Pourquoi avoir choisi d’incarner Roxane dans la pièce de Cyrano de Bergerac ?

AFT : Ce n’est pas moi qui ai choisi ! C’est la Cie Les Exilés qui m’a choisie. Je pensais tout d’abord que je n’étais plus assez jeune pour interpréter ce rôle, pensant que Roxane devait avoir une vingtaine d’années. Mais après avoir fait quelques recherches, j’ai découvert qu’elle devait en réalité avoir environ le même âge que Cyrano. C’est donc avec un immense plaisir que j’ai retrouvé toute l’équipe des Exilés. Je crois me souvenir que la première fois que j’ai joué ce rôle, c’était à La Tour-de-Peilz, il doit y avoir environ 4 ans. Roxane est un personnage qui a tellement de couleurs, qui change, qui nous fait passer d’une émotion à une autre, qui est d’abord une femme qui paraît un peu superficielle mais qui se révèle ensuite être une femme forte. J’ai envie de faire bien, de donner au public le sentiment que l’on est vraiment là pour lui. Ce que j’aime dans cette troupe, c’est que malgré des moments parfois plus difficiles, chacun y met du sien afin que tout se passe bien, et c’est effectivement le cas.

LC : De nombreux comédiens participent à cette belle aventure !

AFT : Nous sommes 19 comédiens et il est assez rare de rencontrer autant d’acteurs dans une pièce. En outre, il faut composer avec des caractères et des sensibilités disparates. De plus, les conditions ne sont pas toujours favorables car, par exemple, nous changeons de tenues dans les camions. Je me souviens que lorsque nous jouions à Genève, par un grand froid, ce n’était guère agréable ! Malgré ces situations parfois difficiles, tout se passe merveilleusement bien. Et lorsque l’on est applaudi, c’est un immense bonheur qui nous fait très vite oublier le reste. Il y a peu de métiers dans lesquels à la fin l’on vous dit « bravo » ! Pour moi, la reconnaissance, c’est lorsque que l’on joue et que l’on entend des silences – cela paraît bizarre de dire cela – mais c’est là que l’on sent que les spectateurs sont avec nous, c’est un cadeau, c’est génial ! Et cette pièce de Cyrano, nous l’adorons ! Et l’on ne peut pas faire cela s’il n’y a pas l’amour de cette comédie et de cet esprit.

LC : Vous arrive-t-il parfois de jouer plusieurs pièces en même temps ?

AFT : Oui, cela arrive assez régulièrement. Par exemple, je fais toujours aussi partie des Amis du Boulevard Romand, donc… Ce n’est pas simple de passer d’un personnage à un autre, dans une pièce différente. L’année dernière par exemple, on tournait avec 4 pièces simultanément. Il faut donc régulièrement revoir les textes afin de se sentir bien dans les chaussures des personnages. Et lorsque l’on dit que l’habit ne fait pas le moine, ce n’est pas tout à fait exact, car les costumes que nous revêtons pour chacun des rôles nous aident beaucoup à nous mettre dans la peau de ceux que nous incarnons.

Infos: www.cyranoauborddeleau.ch

Représentations du 29 août au 9 septembre (infos et réservations sur le site du théâtre).

La Tour Vagabonde en quelques chiffres

Diamètre : 12 mètres – Hauteur : 10.80 mètres – Capacité : entre 280 et 300 spectateurs selon l’agencement – Transport : 4 semi-remorques – Temps demontage : 4 jours

photographie sous copyright © michel dentan photographies – Michel Dentan (Suisse)

photographie sous copyright © michel dentan photographies – Michel Dentan (Suisse)

photographie sous copyright © michel dentan photographies – Michel Dentan (Suisse)