Corseau, un atelier, quatre créateurs

Sortie culturelle de l’association ProLavaux de début juin à l’Atelier de GrandiJean-Gabriel Linder  |  L’Association ProLavaux, AVL, invitait le public, début juin, à découvrir quatre créateurs à Corseaux : les peintres Italo et Vincent De Grandi, l’architecte Alberto Sartoris et le peintre Wilhelm Gimmi. La visite du musée L’Atelier De Grandi était guidée par Pierre et François, les fils d’Italo De Grandi, ainsi que Richard Aeschlimann, président de la Fondation Willhelm Gimmi.
Le musée L’Atelier De Grandi, à Corseaux, expose en permanence des oeuvres régulièrement renouvelées des frères De Grandi, Italo (1912-1988) et Vincent (1916-2010); inséparables, ceux-ci eurent en commun une même vision du monde et de la peinture, mais exprimée de manière distincte. Le musée est installé dans l’atelier et sa maison construits en 1939 par Alberto Sartoris pour Italo; c’est une «maison minimale» emblématique de l’Esprit nouveau de l’architecture fonctionnelle et rationnelle du Style international; elle fait écho à la villa «Le Lac» de Le Corbusier, érigée à Corseaux en 1923. Le Corbusier et Sartoris ont été parmi les principaux fondateurs des Congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM) tenus, la première fois en 1928, au château de La Sarraz; ils participèrent pleinement au Mouvement moderne, appelé aussi Neues Bauen et movimento moderno, qui inspirera le Bauhaus.
En créant le musée dédié à leur père et à leur oncle, François et Pierre De Grandi ont aussi eu à cœur de l’ouvrir au patrimoine artistique suisse, par des expositions temporaires – ainsi, «Gimmi» jusqu’au 1er juillet 2018 encore et, bientôt, du 6 septembre au 28 octobre 2018, «Habiter la Modernité» qui mettra en lumière l’émergence du Style international sur la Riviera lémanique entre les deux guerres. Italo et Vincent De Grandi, Alberto Sartoris, et le peintre Willhelm Gimmi (1886-1965) ont chacun à leur manière «habité la modernité» qui leur était contemporaine. Ce sont des créateurs et des précurseurs attentifs à leur temps et à ses avant-gardes, mais aussi indépendants et personnels.

«Je n’ai jamais cherché à me créer une manière habile et facile au contraire. C’est justement à cause de cela que ne veux pas faire de l’après-Picasso de l’après-Matisse de l’après-Renoir. Je sais ce que je veux et ce que je vaux.» Willhelm Gimmi, Lettre à sa soeur Fanny, 1918.

Peintre reconnu à Paris (1908-1940), le Zurichois Gimmi a été cofondateur du Moderner Bund de Weggis en 1911, avec notamment Hans Arp et Paul Klee, une association proche du Blauer Reiter de Munich. A Paris, il expose au Salon d’Automne dès 1919 aux côtés de Bonnard, Matisse et Marquet. Contraint de revenir en Suisse en 1940, à cause
de la guerre, il s’établit à Chexbres. La commissaire de l’exposition, Camille Jaquier, note que la palette de Gimmi s’éclaircit alors face à la luminosité du
paysage lémanique.
La visite terminée, les participants se rendirent à la Cave des vignerons au coeur du village de Corseaux, déguster des vins présentés par Daniel Keller, gérant et oenologue de l’Association vinicole, dont un excellent chasselas grand cru, le «Clos de Châtonneyre» (Chardonne Lavaux AOC) – un clos de plus de six cents ans et de plus de quatre hectares sis au nord et en amont du musée L’Atelier De Grandi. De chaleureux remerciements des participants allèrent aux organisatrices de la visite, Sylvie Demaurex et Catherine Panchaud assistées d’Yvonne Knecht.

Richard Aeschlimann présentant un fusain sur papier «Femme assise (Fernande)» W. Gimmi vers 1918 et une huile sur toile «Richard Maguet peintre» W. Gimmi 1942
Photo © Loti Butti