Clin d’œil

Le parcours du combattant

Marie  |  Un jeune qui cherche sa première place de travail à la suite de son apprentissage ou des longues études, passe inévitablement par plusieurs étapes. Déjà de mon temps, ce n’était pas toujours évident, maintenant c’est devenu carrément le parcours du combattant. A l’épluchage chaque jour des annonces dans les journaux ou sites d’embauche s’ajoute l’envoi de dizaines ou centaines de lettres de motivation accompagnées du CV et l’espoir de conclure au moins un entretien. Hélas, le nombre envoyé de ces dossiers de candidatures ne correspond jamais au nombre de réponses reçues au retour du courrier. Une grande frustration se lit dans les yeux de ses demandeurs d’emploi, exclus du marché du travail souvent pour cause de manque d’expérience, un paradoxe pour un novice. Alors que des sombres nuages viennent boucher leur avenir professionnel, quelques courageux recommencent une autre formation, d’autres ayant épargnés profitent pour faire le tour du monde, ceux qui tiennent à rester au pays quittent leur canton, à l’exemple des jeunes Tessinois partis s’installer à Zurich. Ils y ont trouvé du boulot ainsi qu’un salaire beaucoup plus élevé qu’au Tessin. Résultat, il y en a des jeunes gens prêts à s’expatrier pourvu qu’ils puissent s’intégrer dans la société et devenir autonomes…