Clin d’œil: la mort qu’on ne veut plus apprivoiser

Marie  |  La mort n’a plus sa place dans notre société, écartée, on essaye de l’atténuer, la rendre même vite accessible par Dignitas ou Exit. Et pourtant on le sait d’avance, c’est bien la seule chose qu’on est sûr, c’est qu’on est tous mortels. Ce sujet tabou qu’on n’aime pas aborder, et pour cause ça casse l’ambiance, mais peut vite devenir un casse-tête pour la famille en deuil qui a un tas de choses encore à régler comme le choix entre, inhumation ou incinération, la deuxième option donnant un laps de temps de réflexion à la recherche de l’endroit où la personne de son vivant aurait aimé reposer éternellement, ailleurs qu’au columbarium. Si  les églises ont de la peine à se remplir, les gens fuient aussi les cimetières, qui sont devenus un endroit ringard, pas fun du tout, menant certains à disperser les cendres du défunt un peu partout mais particulièrement dans des montagnes mythiques. A la Toussaint, «tous les saints», la tradition veut que la famille embellisse la tombe  afin de vénérer leurs morts.