Chut, c’est un secret

Marilou Rytz  |  Vendredi soir, la maison de paroisse de Mézières s’est parée de lumière pour accueillir la Nuit du conte, organisée par la bibliothèque, mais chut, c’est un secret. Un secret, ça se glisse au creux de l’oreille, dans une boîte ou même cela s’enterre. Un secret ça ne se raconte pas, non non, ça se garde précieusement. Alors je ne vous dirai pas les petites lanternes, car c’est un secret. Je ne parlerai pas des guirlandes lumineuses, des tapis multicolores qui ont paré le sol du grenier, le transformant en caverne d’Ali Baba. Et surtout, surtout, je ne dirai rien des quatre conteurs, quatre donneurs de rêves, ni de leurs histoires. C’est un secret. Je ne parlerai pas des petits pains, «croquendoules» ou «follards» confectionnés par la boulangerie Ronny, ni de la légende qui voudrait qu’il soit du crottin miraculeux. Motus et bouche cousue, vous n’en saurez rien. Par contre je peux vous dire les regards des enfants. Leurs yeux écarquillés et leur silence. Des enfants bouche-bée, des enfants qui savent écouter. Et je peux vous dire que si cette soirée fut mémorable, c’est parce qu’une fois de plus, la magie des contes a opéré.